Forum de jeux de rôles inspiré par l'univers de Tim Burton
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Dim 25 Avr - 21:18

Suburbia dormait paisiblement, alors que la nuit et son obscur manteau étoilé couvrait la petite bourgade. Ses bâtisses aux couleurs pastelles et ses ravissants jardins soigneusement entretenus ravivaient la beauté des lieux, même sous un ciel nocturne, quelques lampadaires isolés pour seule source d'éclairage. Son ombre s'étirait devant chacun d'entre eux, projetant sa silhouette particulière sur l'herbe et les murs des habitations. Edward longeait le trottoir, la démarche silencieuse. Une ombre noire qui se serait contentée de tracer sa route, sans réellement savoir où celle-ci pouvait la conduire. Cela faisait plusieurs nuits que le jeune homme sortait de son château isolé, pour entreprendre des promenades du soir, progressant toujours plus loin au fil des sorties. La nuit lui était plus accueillante, une garantie de ne croiser le chemin d'aucune âme malveillante. Une expression impassible sur le visage, pâle et coupé de tous côtés, ses fines lèvres laissèrent néanmoins entrevoir un léger sourire, tandis qu'il faisait tinter les longs couteaux qui lui faisaient office de mains. Il avait fini par s'habituer à cette banlieue paisible. Ses pas le menaient tout droit hors de Suburbia.

Edward avait désormais atteint une forêt sombre, et pourtant, elle semblait être la plus chaleureuse. Son manoir, à l'écart de Suburbia, était lui-même entouré par la végétation. Ses lames glissaient doucement sur les troncs, l'envie de couper quelques branches lui chatouillait l'esprit. Mais ce n'étaient pas ses arbres. Le jeune homme silencieux se laissa donc porter, suivant son itinéraire inconnu, berçé par les sons de la nuit. Tant et si bien que son périple l'amena à attérir au milieu d'une bien étrange clairière. De grands arbres gris, sinistres, formaient un grand cercle autour de lui. Ses yeux noirs balayaient ces rampards surnaturels, remarquant qu'une porte se dessinait sur chaque tronc. Seraient-ce des poignées qui dépasseraient là ? Edward s'avança vers l'une de ces entrées inhabituelles, une paire de ses ciseaux tendue vers l'objet. Elle était arrondie certes, mais le jeune homme finit par la tirer vers lui, ouvrant lentement l'accès de bois. Une lumière froide éclaira son visage balafré et livide. Sans réellement savoir s'il s'agissait de ce que l'on appelait la curiosité, il s'engouffra dans l'arbre, littéralement.

Suite à cette entrée, il fut plongé dans une chute imaginaire, colorée, quelque chose qu'il n'avait jamais vu auparavant. Et soudain, les ténébres. Edward échappa une plainte lorsqu'il rencontra durement le sol, étonné d'être vivant après pareil plongeon. Sa surprise se renforça en visualisant l'endroit où il était tombé. Des ruelles sombres constituaient son panorama, une place pour le moins lugubre, sans luminosité aucune. Le ciel était chargé, et tout autour de lui n'était que morosité et obscurité. Il semblait au jeune homme que même son château avait un aspect moins funèbre que ce lieu sinistre et sale. Edward voulut soulager le côté de son visage, ayant heurté la route au moment de sa chute, et comme à chaque fois qu'il lui en venait le besoin, il eût un soubresaut lorsque l'une de ses lames provoqua une entaille sur sa joue. Et une de plus. Le jeune homme baissa les yeux et se roula sur le côté, afin de se redresser du mieux qu'il le pouvait sans faire appel aux mains. Ce que l'on appelait la peur s'était emparée de lui. Edward se remit à marcher, sans idée précise concernant sa destination, comme à son départ. Toutefois, ce déplacement à travers les rues de cette ville était bien plus inquiétant. Suburbia avait toujours cette propriété d'être colorée, accueillante. Familière malgré tout. Ici, il n'en était rien. Le jeune homme accéléra sa démarche, paniquant à chaque bruit inconnu. Des pas se firent entendre derrière lui, résonnant sur le sol et sonnant en écho entre les murs de la ruelle. Sans réflechir, Edward se pressa. Tout cela ne le rassurait pas. Il était tellement persuadé qu'on lui voulait du mal à nouveau, pour quelques raisons que ce soit. Ses iris sombres et terrifiées virent un escalier, lequel longeait un établissement sur deux étages. Montant les marches grinçantes, le jeune homme aux mains argentées arriva au niveau d'une porte, dont il baissa la poignée, non arrondie, heureusement pour lui. Edward attérit dans une pièce qu'il ne prit pas le temps d'observer, alors qu'il se retournait déjà pour refermer la porte avec son épaule. Ses ciseaux se posèrent sur la vitre salie de la porte, tandis qu'il essayait de voir ses poursuivants imaginaires à l'extérieur. Son visage reprit une expression plus calme, apaisée. Elle changea subitement lorsque le plancher grinça derrière lui. Sous la surprise, Edward fit volte-face, ses lames en l'air, l'une d'entre elle glissant par mégarde sur le visage de l'homme qui se tenait à ses côtés. Son regard brilla d'une lueur à la fois triste et désolée, voyant un mince filet de sang couler le long de son ciseau. Le jeune homme recula, se retrouvant plaqué contre la porte de la boutique, ses mains aiguisées ramenées tout près de lui, comme de peur qu'elles ne viennent de nouveau à blesser cet inconnu. Les lèvres d'Edward s'ouvrirent légèrement, et s'exprimèrent timidement, après un moment de silence.

"Je suis désolé... Je ne l'ai pas fait exprès..."
Revenir en haut Aller en bas
Full Moon Walk
Admin
avatar

Messages : 523
Date d'inscription : 01/04/2010
Age : 21
Localisation : Derrière mon ordinateur, assis à mon bureau.

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Dim 25 Avr - 22:13

Benjamin Barker, alias Sweeney Todd, avait toujours apprécié son métier de barbier. De fait, il excellait en cette matière et en faisait un art véritable. Les nombreuses péripéties de sa vie n'avaient pas réussies à enrailler le plaisir que lui procurait un bon rasage. D'ailleurs, il prenait toujours le temps de raser un client avant de l'égorger, ce qui était pour lui un signe de bon goût. De même, quand les corps restaient un moment au sous-sol et que leurs barbes repoussaient post-mortem, Sweeney Todd prenait soin de leurs visages en les maintenant nus et soyeux. Le diabolique barbier se plaisait à imaginer que si la pilosité faciale demeurait quelques temps après la mort, c'était pour le bon plaisir d'un barbier tel que lui. L'homme qui se tenait à présent sur le dernier fauteuil de sa vie, était un avocat, l'un des plus véreux et corruptible de tout Londres, à ce que racontaient les rumeurs urbaines. Âgé de cinquante-sept ans, l'homme de loi avait besoin d'un rasage urgent en vue d'un procès quelques heures plus tard. Tant pis pour l'accusé, il se défendrait lui-même. L'avocat fit part au barbier de toutes les affaires qu'il avait pu traiter : chez les barbiers, comme chez les coiffeurs, les clients se montrent très prolixes. Mais Sweeney Todd n'eut pas le temps de connaître l'objet de procès actuel car il coupa net la conversation d'un rapide coup de rasoir, arrêtant le flux de la conversation en même temps que celui de la carotide. Un léger appui sur la pédale du fauteuil et l'avocat fumiste partit rejoindre le prêtre du matin dans un gargouillement de sang particulièrement cocasse. Depuis la mort de Mrs Lovett, Sweeney Todd ne cuisinait pas les cadavres : il les dissolvait dans de l'acide et se servait de la solution obtenue pour l'élaboration de cocktails pour son café. Sans qu'il sache pourquoi, les composés chimiques des prêtres s'accordaient à merveille avec ceux des avocats : cela fait partie des choses que l'on apprend à force de côtoyer ses clients.
Sweeney Todd nettoya méticuleusement son rasoir avant de l'accrocher au niveau de sa ceinture. Cela lui permit de constater qu'une fois de plus, il avait tâché son tablier de barman : ces artères sont si puissantes qu'elles font jaillir du sang dans tous les sens. Il enleva son tablier et le jeta par terre. Le barbier s'avança vers la psyché située dans le fond de la pièce afin de vérifier si son visage avait été touché par le geyser sanguin. De fait, quelques gouttes de sang avait atterrit dans ses cheveux, colorant harmonieusement sa mèche blanche. Alors qu'il allait se retourner pour attraper un mouchoir, il aperçut une ombre derrière lui dans le reflet du miroir. Il se retourna vivement et se retrouva confronté au dos d'un intrus, lequel intrus grattait la porte avec un ustensile non identifié. Sweeney Todd observa l'étrange individu de la tête au pied avant de faire un seul geste : l'homme en question portait une étrange combinaison noire faite de lanières de cuir luisant. Le barbier n'avait jamais vu une telle coiffure ; des mèches de cheveux noirs de longueurs diverses partaient dans tous les sens. Alors il s'avança le plus discrètement possible mais le vieux plancher émit un craquement sous ses pas. L'individu tout de noir vêtu se retourna soudainement, envoyant au visage du barbier une lame tranchante qu'il ne put éviter et qui lui entailla légèrement la joue. Sweeney Todd plaqua sa main sur son visage et observa d'un air ébahi l'arme qui l'avait blessé. Des ciseaux, de simples ciseaux, mais sensiblement bien aiguisés. Le barbier mit quelques secondes à comprendre que ces ciseaux ne se tenaient pas dans les mains de l'intrus, mais qu'ils étaient ses mains. Mais il ne prit pas le temps de s'émerveiller d'un pareil phénomène car le jeune homme en question lui dit tout bas :

"Je suis désolé... Je ne l'ai pas fait exprès..."

Sweeney Todd reporta alors son attention sur le visage de l'intrus qui était blafard et couvert d'entailles, anciennes et récentes. En voilà un qui n'avait pas connu de barbiers dignes de ce nom, à moins que ce maladroit se rase tout seul à l'aide de ses mains. Le barbier dégagea la main de son visage, puis lécha le sang -son propre sang pour une fois- qui perlait au bout de ses doigts. Ses yeux rencontrèrent de nouveau les dix paires de ciseaux qui formaient les mains du jeune homme. Il trouvait ces attributs tous simplement magnifiques et ne pouvait les quitter des yeux. Le barbier se retint à grande peine de sortir sa lame pour égorger l'étrange arrivant et lui piquer ses "mains". Il choisit plutôt de tenter d'obtenir des informations sur ce prodige de technologie. C'est avec un air faussement affable qu'il répondit au jeune homme :

"Ce n'est rien, j'en ai essuyé d'autres des blessures, croyez-moi. Mais dites-moi plutôt : qu'est ce qu'une créature telle que vous fait en plein Londres, a fortiori dans mon humble échoppe?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://folienoireblog.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Lun 26 Avr - 0:02

Gêné, le jeune homme se risqua à lever les yeux sue celui qu'il avait malencontreusement attaqué, craignant un contrecoup de sa part. L'homme qui se tenait devant lui était aussi sombre que cette étrange ville. Ses cheveux étaient noirs et en bataille, mais moins que les siens, et une mèche blanche se distinguait du reste de sa chevelure. Le personnage avait mis une main sur sa joue, là où le ciseau s'était abbatu, et son regard noir semblait le transpercer. Il émanait de cet individu une grande froideur, et une lueur mélancolique faisaient briller ses yeux ténébreux et cernés. Ils étaient aussi pâle l'un que l'autre. Edward le regardait innocemment, actionnant l'une de ses paires de ciseaux de façon légère et répétitive, dévoilant une certaine appréhension quant à la réaction de cet homme. Les gens avaient tendances à crier, s'effrayer de ses mains si tranchantes et dangereuses. Mais pas lui. Le curieux maître des lieux fixait ce qui remplaçaient ses mains, après avoir léché la sienne posée sur sa joue pour la nettoyer du sang qui avait coulé. Un intérêt tout particulier qui mettait le jeune homme mal à l'aise, faute de savoir ce que l'inconnu avait derrière la tête. On aurait dit qu'il admirait ses ciseaux, et ses iris suivaient attentivement le mécanisme ingénieux que formaient les extrémités de ses bras. Son interlocuteur prit finalement la parole, d'une voix grave et sensuelle, pour lui assurer qu'il n'y avait pas lieu de s'en faire pour ce petit accident. Puis le sujet dévia, très rapidement, sur le jeune homme qu'il qualifiait de créature, visant plus juste qu'il ne le croyait, demandant les raisons de sa présence ici. Cet endroit s'appelait donc Londres. Edward baissa ses lames doucement en fixant les yeux de l'inconnu.

"Je suis tombé."

L'expression de son visage prit une pointe de tristesse, le faisant ressembler à un enfant perdu que l'on venait de retrouver à des kilomètres de chez lui. Sa réponse, après réflexion n'avait aucun sens. Il était pour commencer illogique de prétexter une chute alors qu'il avait monté des escaliers pour parvenir à destination. Mais c'était pourtant la vérité. Devait-il préciser à ce commercant la façon dont il avait attérit dans cette ville que l'on appelait Londres ? Il ne le croirait pas. Le jeune homme aurait tout aussi mieux fait de dire qu'il s'était perdu, égaré loin de sa maison. Il ne faut pas mentir. Edward tourna la tête, faisant promener son regard sur l'état des lieux. Une chaise se tenait au milieu de la pièce. Plus loin, un meuble avec un grand miroir posé dessus. Il s'avança lentement dans cette direction, contournant l'homme à la mèche blanche, pour venir se poster devant. Le miroir lui renvoyait cette même image pathétique. Son reflet le regardait avec un air neutre, et il essaya de lui sourire. Sa maigre risette se perdit alors qu'il reposait son regard sur le propriétaire de cette échoppe. Il semblait attendre quelques précisions. Le garçon aux ciseaux fit ouvrir et fermer ses derniers en baissant la tête.

"Dehors, il y avait du bruit... Je me suis perdu, et je n'ai trouvé que votre établissement pour me réfugier."

Edward s'en voulait d'être entré dans l'echoppe de cet homme. En plus de lui avoir coupé la joue. En dépit de l'attention qu'il pouvait avoir pour ses mains d'argent, le jeune homme se sentait de trop. Il revint auprès du gérant, ne sachant que dire de plus. Il n'avait jamais été un grand bavard, n'ayant eu que peu de personnes à qui parler. Cette rencontre avait brisé le mutisme dans lequel il s'était enfermé depuis longtemps déjà, alors qu'il avait repris sa vie sans histoires entre les murs de son château. Edward observa son interlocuteur, se trouvant étrangement un air de ressemblance avec lui. Il osa lever un bras vers son visage pâle et dur, pliant tous ses ciseaux pour ne tendre qu'une seule paire, là où se serait trouvé l'index s'il avait eu une main normale, afin d'ouvrir les lames autour d'une des mèches de cheveux de l'homme, avant de les refermer sur cette dernière, coupant ainsi un épi qui dépassait de sa coiffure particulière et pourtant soignée. Puis comme s'il avait fait une bêtise, le jeune homme ramena ses instruments tranchants contre lui.

"Pardon... Pour cette intrusion et votre joue..."

Passant à côté de l'inconnu, Edward fit glisser ses lames sur la poignée de la porte, essayant de l'ouvrir pour s'apprêter à quitter la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Full Moon Walk
Admin
avatar

Messages : 523
Date d'inscription : 01/04/2010
Age : 21
Localisation : Derrière mon ordinateur, assis à mon bureau.

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Lun 26 Avr - 23:20

Sweeney Todd continuait d'observer le jeune homme avec un intérêt grandissant : jamais il n'avait vu une telle silhouette, à la fois menaçante et chétive. Les grands yeux noirs du jeune homme étaient amplis d'une grande naïveté et semblaient fuir le regard intrusif du barbier. Et que dire de ces ciseaux... A les voir scintiller au gré des mouvements du jeune homme, le barbier auraient jurés qu'ils fussent capables de trancher n'importe quoi - ou qui. Ce fut avec la tête baissée et un regard morne que l'intrus répondit à Sweeney Todd. Intentionnellement ou pas, les réponses données étaient pour le moins énigmatiques : "je suis tombé"...D'où? Était-ce à cela que ressemblaient les anges du fameux paradis céleste? Le barbier en doutait, de la manière, il doutait de contempler un jour les splendeurs des cieux, lui qui le peuplait pourtant quotidiennement. Le barbier ne réagit pas quand il vit l'être se déplacer mais prit plutôt le temps d'observer l'étrange démarche du jeune homme. Ses pas étaient saccadés et s'accompagnaient d'un cliquetis mécanique provoqués par les ciseaux qu'il tenait repliés sur lui : ses mouvements ressemblaient ceux des machines que certains auteurs créaient de leur plume, des androïdes. Néanmoins, Sweeney Todd avait décelé une certaine mélancolie dans les yeux du jeune homme et celui-ci semblait aussi très gêné en sa présence : tout cela amenait le barbier à penser qu'il y avait quelque humanité dans l'esprit de cet individu. L'intrus essaya d'expliquer les raisons de son entrée fortuite mais il semblait véritablement déboussolé. Sweeney Todd ne savait plus que penser de cette créature à la fois si dangereuse, mais aussi si visiblement fragile. Soudain, le barbier se sentit observé, alors il leva les yeux vers le visage balafré du jeune homme. Lequel avança lentement l'un de ses "doigts" vers le visage de Sweeney Todd et s'arrêta non loin de sa joue. Le barbier se retint de se dégager, curieux de ce qui pouvait passer par la tête de la créature. Il entendit plus qu'il ne vit la menaçante paire de ciseaux lui couper quelques cheveux. L'être recula alors tout de suite son bras, comme un enfant conscient d'avoir fait une bêtise. Sweeney Todd n'aimait pas particulièrement les enfants, mais cet étrange intrus commençait à l'intriguer : il lui faudrait en savoir plus avant de le laisser partir, quelque soit le sens du terme qu'il choisirait d'adopter. La créature s'excusa une fois une plus, puis se retourna pour rejoindre la porte. Le barbier observa quelques instants le jeune homme tenter vainement d'actionner la poignée : ces menottes meurtrières ne semblaient pas extrêmement pratique. Sweeney Todd s'avança alors vers la porte puis s'appuya sur l'embrasure de la porte qui ne voulait pas s'ouvrir et planta son regard dans celui du jeune homme :

"Allons, ne partez pas si vite, seriez-vous pressé de regagner l'endroit étrange dont vous devez avoir débarqué? J'aimerais beaucoup en savoir un peu plus sur vous, asseyez-vous dans ce modeste fauteuil et laissez moi vous offrir une tasse de thé....Je pourrais même vous trouver une paille!"

Sweeney Todd prit la créature par les épaules en faisant grandement attention à ne pas se blesser et la guida vers le fauteuil où il la força doucement à s'assoir. Se retournant pour aller remplir la bouilloire au lavabo, il ajouta :

"Je me nomme Sweeney Todd, on dit de moi que je suis le meilleur barbier de la ville de Londres. Quel est votre nom, cher invité fortuit?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://folienoireblog.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Mar 27 Avr - 23:50

En pleine lutte acharnée et désespérée avec la poignée qui lui donnait bien du fil à retordre, le jeune homme aux mains d'argent sursauta au moment où l'homme à la mèche blanche s'était appuyé sur l'embrasure de la porte, l'obligeant à déposer son regard sombre sur celui tout aussi obscur du propriétaire des lieux. Il s'adressa à lui de nouveau, de sa voix grave et chaleureuse pour demander les raisons pour lesquelles son invité imprévu et original souhaitait à tout prix prendre la poudre d'escampette. Il ajouta également son envie d'en apprendre un peu plus sur le personnage fascinant qu'Était Edward, bien malgré lui malheureusement, lequel se vit poliment invité à prendre place sur l'unique fauteuil de la pièce et à siroter une tasse de thé. Sans attendre une quelconque réponse ou réplique de sa part, l'étrange homme passa un bras autour de ses épaules pour le retourner, présentant une attention toute particulière et légitime face aux mains ciselées du garçon, qu'il guida jusqu'au siège pour l'y installer. Ce dernier plaçait ses avant-bras sur les reposes coudes de la chaise centrale, les lames brillantes dépassant dans le vide pour ne rien abimer accidentellement, faisant dos à l'autre individu qui s'occupait de préparer le thé. Edard écouta donc l'eau couler et remplir ce qui semblait être un contenant en fer, le son de cette cascade étouffée trompant le silence de la pièce. Les yeux dans le vague, occupés à fixer un point invisible sur le mur de l'établissement, et faisait bouger l'une de ses lames après que la mélodie liquide de soit arrêtée. Une pause qui ne dura pas longtemps, alors que l'inconnu derrière lui reprenait la parole. Plus si inconnu que cela, car car celui-ci se présenta sous le nom de Sweeney Todd, fameux barbier réputé dans les rues de la ville de Londres, avant de lui demander sa propre identité.

"Edward."

Sans plus de formalités et de discours usants, le jeune homme taciturne donna sa réponse au gérant de l'echoppe. Son prénom, tour du moins. S'il avait un nom de famille, il l'ignorait tout simplement, faute d'en avoir encore une. Il lui semblait n'avoir jamais connu l'identité complète de son père, dont il ne pu hérité le nom pour avoir l'occasion d'en porter un comme tout le monde. Une identité aussi incomplète que lui-même. Edward souria doucement, de sentant plus à l'aise désormais. L'homme du nom de Sweeney Todd se déplaçait calmement à travers la pièce, faisant grincer le parquet sous chacun de ses pas pour préparer sa bouilloire de thé. Quelque chose tiqua dans les prit du jeune homme et, timidement, fit â nouveau résonner sa petite voix dans la pièce plongée dans les ténèbres.

"Qu'est-ce que c'est... Un barbier ?"

La curiosité l'avait piqué une fois encore, de la même façon qu'au moment où il avait découvert cette curieuse clairière dans la forêt. Son père ne lui avait jamais appris l'existence de ces êtres que l'on nommait barbier. Dans la famille qu'il avait eu la chance de côtoyer quelques jours, il avait déjà vu des rasoirs en plastiques dans la salle de bain, se demandant à quoi cela pouvait bien servir, à défaut d'avoir une pilosité faciale active et pour n'avoir jamais vu le père de famille avant le passage du rasoir. Peut-être avait-il atterit dans une toute autre époque ? Tout autour de lui semblait d'un autre temps, quelques petites choses anciennes qu'il pouvait noter, des différences en comparaison avec ce que l'on pouvait trouver dans la petite banlieue de Suburbia. Edward suivi le déplacement du barbier d'un regard empli de curiosité innocente, tandis qu'il lui apportait une tasse.

"Il n'y en a pas. Là où je vis."
Revenir en haut Aller en bas
Full Moon Walk
Admin
avatar

Messages : 523
Date d'inscription : 01/04/2010
Age : 21
Localisation : Derrière mon ordinateur, assis à mon bureau.

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Sam 1 Mai - 19:02

Sweeney Todd, alors qu'il attendait l'ébullition de l'eau pour le thé, ne cessait de se poser des questions sur l'étrange créature qui avait fait apparition dans son échoppe. Elle ne pouvait être le fruit de son imagination, car il l'avait physiquement touchée : à moins que son esprit n'altère ses sens? Le barbier craignait de plus en plus d'être atteint par la folie : il voyait souvent de lames dans ses rêves, l'apparition d'un individu avec de tels attributs lui paraissait être une drôle de coïncidence. Sweeney voulait en savoir plus sur le jeune homme, mais celui-ci ne semblait guère bavard, et lui indiqua juste son prénom. Il jeta un regard intrigué à celui qu'il nommerait désormais Edward, indiquant par ce geste un désir d'en savoir plus, mais celui-ci en resta là. Le pâle garçon reprit finalement la parole pour demander avec hésitation ce que signifiait le mot "barbier", ajoutant simplement qu'il n'y en avait pas là d'où il venait. Ce fut à ce moment-là que la bouilloire se mit à siffler, alors Sweeney l'attrapa et versa l'eau brûlante dans la théière ou demeurait un fond de feuilles de thé. Le temps que le thé aromatise et colore l'eau, le barbier apporta deux tasses qu'il disposa sur un petit guéridon, garnissant celle du garçon d'une paille métallique. Il adressa un sourire à Edward avant de lui répondre :

"Un barbier est un homme que l'on va voir quand on veut se faire raser la barbe avec dextérité; c'est aussi un homme qui a des connaissances en médecine et qui peut donc exercer la chirurgie."

Sweeney Todd se retourna pour se munir de la théière, laissant le jeune homme méditer sur la définition donnée. Puis il remplit les deux tasses d'un liquide fumant et odorant : du Darjeeling, son thé préféré. Mais le barbier remarqua que le garçon ne semblait pas être satisfait de ses explications. Alors, Sweeney porta la main à sa ceinture et en retira l'un de ses fidèles rasoirs. D'un geste élégant, il déplia l'outil argenté, faisant scintiller la lame aiguisée. Le barbier présenta son "ami" au jeune Edward, la lui mettant juste devant les yeux. Il voyait l'éclat de la lame se refléter dans les yeux du garçon. Il sourit avant de déclarer :

"Mes rasoirs ne sont certes pas aussi impressionnants que vos mains. Mais je puis vous garantir qu'elle sont capables de trancher n'importe quoi, au même titre que ces splendides ciseaux."


Sur ce, il replia le rasoir et le rangea aussitôt puis tira un tabouret vers lui, s'asseyant en face du guéridon et d'Edward. Il attrapa sa tasse de thé, souffla dessus quelques secondes avant de commencer à la siroter. Il ne mettait jamais de sucre dans son thé, il aimait ce goût amer et puissant. Après avoir avalé quelques gorgées, il planta ses yeux dans ceux de son invité et ajouta:

"Voyez-vous, c'est bien dommage que vous soyez imberbe. Sinon, je vous aurais montré mon métier et mon talent en acte.....Buvez, ça va refroidir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://folienoireblog.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Sam 1 Mai - 20:28

À peine Edward avait-il achevé sa phrase qu'un sifflement strident et fort résonna dans la pièce, le faisant sursauter sur son siège dont il entailla l'accoudoir par mégarde avec l'un de ses doigts tranchants. Il entendit ensuite Sweeney saisir l'objet à l'origine de cette alerte bruyante, pour verser l'eau dans un nouveau contenant. Une table ronde dotée de trois pieds trouva sa place aux côtés du jeune homme assis, tandis que le barbier déposait deux tasses de porcelaine, ajoutant une jolie paille de métal à l'une d'elle, celle qui lui était réservée sans doute. Le visage pâle de l'homme se détendit de ses traits si durs, alors qu'un sourire presque rayonnant se dessinait sur ses lèvres pour lui fournir la définition de sa profession et expliquer ses activités. Pendant qu'il s'en retournait quérir la théiére remplie, Edward baissa le regard sur le guéridon en réflechissant. Il s'agirait donc d'une personne effectuant le rasage de ses semblables, doublé de facultés de médecine ? Il trouvait cela fascinant, et se demandait pourquoi diable aucun barbier ne vivait à Suburbia pour s'occuper de ses habitants masculins. Quoi que ceux-ci semblaient pouvoir se débrouiller sans ce type de service. Les réflexions du jeune homme furent brouillées à l'instant où ses yeux sombres fixèrent le liquide chaud et coloré couler dans chacune des tasses prévus à cet effet. C'est en les relevant sur l'homme tenu devant lui qu'il vit ce dernier s'armer d'un objet argenté, précédemment situé au niveau de sa ceinture. L'objet en question fut déplié par son propriétaire, dévoilant une longue lame rectangulaire et brillante. Cette même lame se déplaça jusqu'au visage d'Edward, lequel l'observa comme un enfant à qui l'on présentait un jouet splendide et précieux. Ses paupières se fermèrent légèrement lorsqu'un éclat blanc attaqua son champ de vision, provenant du rasoir qui lui était présenté, sans qu'il ne le quitte des yeux pour autant. Le barbier reprit avec un nouveau sourire, empli de fierté, pour faire l'éloge de ses outils de travail et surtout leur tranchant qu'il jugeait aussi efficace que les ciseaux du jeune homme. À ce moment précis, le concerné eût une révélation. Se pouvait-il que ses "mains" puissent se révéler aussi utiles que les lames de son interlocuteur ? Celui-ci rangea soigneusement celle qu'il venait de montrer et prit un tabouret pour s'asseoir. L'une des tasses de porcelaine glissa dans ses mains gantées de mitaines, recevant quelques souffles frais de sa part avant de toucher ses lèvres qui se délectaient déjà de ce liquide fumant. Edward resta quelques secondes à le regarder, tandis qu'il avait sa déception de ne pouvoir faire une petite démonstration à son invité. Le suggérant ensuite de boire son thé en vitesse s'il ne tenait pas à se contenter d'une boisson froide.

"Oui."

Le jeune homme hocha la tête et se tourna vers la petite table, se penchant dessus afin de prendre la paille au métal froid dans sa bouche et aspirer doucement. La chaleur du liquide contrastait avec la froideur du tube plongé à l'intérieur, tant et si bien qu'il s'en décrocha. Passant sa langue légèrement brûlée sur son palais, il déglutit avant de tourner le regard sur la tasse de Sweeney, se rappelant alors une étape qui lui avait échappé. Il souffla donc sur sa tasse pour en refroidir le contenu, avant d'effectuer une nouvelle tentative. Le goût était âpre, acide, à moins que ce ne soit amer peut-être ? Cependant, Edward continua de siroter sa boisson sans mot dire, et ce jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien dans sa porcelaine. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il se replaça correctement, faisant gentiment tinter ses ciseaux en esquissant un petit sourire.

"Merci."

Jaugeant l'homme assis devant lui du regard, le garçon baissa les yeux sur la ceinture où se tenaient les rasoirs, avant de finalement se poser sur ses propres lames. Ils étaient si beaux et entretenus comparés aux siennes. Chacune de ses paires de ciseaux montraient quelques tâches, principalement issues de la verdure, ayant gardé le jardinage pour principale occupation, ainsi que d'anciennes traces de sang séché, le sien en particulier pour s'être coupé par inadvertence et à plusieurs reprises. Quoi que l'un de ses instruments aiguisés portait à présent celui de Sweeney Todd, depuis qu'il avait entaillé sa joue, une fois de plus par accident. Le barbier devait prendre grand soin de ses outils, à l'inverse du malheureux Edward qui ne pouvait nettoyer les siens convenablement.

"Mes mains... Elles ne sont pas aussi splendides."

Accompagnant ses paroles, énnoncées sur un ton aussi las que mélancolique, le bras droit du jeune homme se leva devant lui, repliant toutes les paires de ciseaux, à l'exception d'une qu'il ouvrit sous ses yeux pour en fixer le fil des lames. Il pouvait voir l'homme à la mèche de cheveux blanche entre les deux lamelles argentées. Mais continuait de scruter ce qui lui faisait office de doigts avec une pointe de tristesse dans le regard. C'est en effectuant des ouvertures et des fermetures, lentes et succéssives avec ses ciseaux qu'Edward posa une timide question au barbier.

"Monsieur Todd, pensez-vous que ces ciseaux puissent devenir aussi utiles que vos rasoirs ?"
Revenir en haut Aller en bas
Full Moon Walk
Admin
avatar

Messages : 523
Date d'inscription : 01/04/2010
Age : 21
Localisation : Derrière mon ordinateur, assis à mon bureau.

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Dim 2 Mai - 18:47

Sweeney Todd observa le jeune homme qui sirotait le thé fumant à la paille, tentant de répertorier mentalement tous les inconvénients auxquels l'étrange créature devait faire face chaque jour avec ces mains si spécial. Un tel dont n'allait pas sans quelque sacrifice. Le barbier bu sa tasse lentement et sans mot dire, tout en continuant de fixer Edward, qui lui portait une grande attention à son hôte. Le rasoir semblait l'avoir véritablement fasciné : Sweeney crut avoir perçu une lueur d'admiration dans les yeux du garçon quand il lui avait montré son outil argenté. Même après que celui-ci ait rejoint son écrin de cuir, Edward fixait la ceinture du barbier, avant de poser son regard sur ses propres lames. Sweeney suivit les yeux du jeune homme et constata que ces "mains" n'étaient pas en très bon état, comme le souligna justement Edward : des éclats rouges et verts en altéraient la brillance métallique. Évidemment, le jeune homme ne pouvait en prendre soin lui-même et son visible malaise semblait indiquer un individu troglodyte. Le barbier décida donc de faire une bonne action : il se leva et gagna l'armoire, située à côté de la psyché. Il en sorti un torchon presque propre et une fiole d'eau de javel. Il se retourna pour écouter la question du garçon :

"Monsieur Todd, pensez-vous que ces ciseaux puissent devenir aussi utiles que vos rasoirs ?"

Sweeney Todd fit un sourire espiègle au jeune cyborg avant de s'avancer vers lui, son matériel de nettoyage en main. Il aspergea le chiffon d'eau de javel avant de tirer à lui, par le poignet et avec la plus grand précaution, la main droite d'Edward. Le barbier commença à frotter et polir les lames et répondit au jeune homme :

"Évidemment que ces ciseaux peuvent être utiles, et même plus que mes rasoirs....N'oubliez pas qu'une paire de ciseaux n'est autre qu'un double rasoir. Une fois vos mains lavées et aiguisées, je ne doute pas que vous leur trouviez très vite une utilité."


Tout en parlant, il frottait les mains d'Edward. Il appréciait l'étrange manucure qu'il était en train d'expérimenter : ces lames avaient été fondues dans un métal extrêmement dur et solide, nul doute qu'elles pouvaient faire des ravages.....et des rasages. Sweeney Todd venait de finir de nettoyer la main droite d'Edward cette une idée jaillit dans son esprit. Il attrapa le poignet gauche du garçon tout en pesant mentalement le pour et le contre de l'idée qui venait de germer en lui. Nul doute que ce jeune phénomène, une fois instruit et formé au métier, ferait un barbier hors-pair dont il pourrait être fier d'en être le maître. Mais le fait de prendre un apprenti serait dangereux : il ne pouvait en aucun cas partager son autre passion avec le garçon. Néanmoins, ce jeune homme semblait aussi innocnet que s'il était né le jour même : peut être que le barbier n'aurait pas besoin de beaucoup ruser pour préserver ses secrets. Sweeney Todd finit la "main" gauche et se recula pour admirer le résultat de la manucure. Ces lames semblaient revivre et resplendissaient de mille feux. Le barbier soupesa la théière et constata qu'elle contenait encore de quoi remplir deux bonnes tasses, ce qu'il se pressa de faire. Sweeney reprit place sur son tabouret et fixa un instant le cyborg dans les yeux avant de déclarer :

"Vous savez, j'ai beaucoup à faire entre le bar et l'échoppe de barbier et j'aurai bien besoin d'aide pour arriver à tout gérer. Accepteriez-vous de devenir mon apprenti? Je vous apprendrais tout ce qu'il y a à savoir sur le métier de barbier et vous montrerais toutes les possibilités qui s'offrent à vous avec de tels bijoux au bout des bras..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://folienoireblog.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Ven 7 Mai - 10:03

Pendant que le jeune homme faisait jouer sa paire de ciseaux levée devant son visage, ses yeux obscurs suivaient le déplacement de l'homme précédemment assis en face de lui. Il s'était levé afin de chercher quelque chose dans une armoire. Et ce fut au moment où il se retourna pour écouter la question d'Edward que celui-ci aperçu le matériel du barbier. Un torchon et une petite bouteille se tenaient dans ses mains. Sweeney Todd s'avança jusqu'à lui avec un petit sourire en coin, aspergeant le tissus de liquide. Avec une extrême finesse et précaution, il prit le poignet du bras d'Edward tenu en l'air pour l'amener près de lui, entamant ensuite le nettoyage de chacune de ses lames. Le jeune homme le regardait faire, la mine inexpressive quoi qu'avec une certaine reconnaissance dans le regard, tandis que le barbier lui assurait que ses mains avaient une bien grande utilité, qui serait tout à fait exploitable après que l'on en ai pris soin. Un timide sourire se dessina sur les lèvres légèrement coupées que présentait son visage pâle et tout aussi balafré.

"Avant... Je coupais les arbustres des jardins. La fourrure des animaux et les cheveux des femmes, aussi."

Il se laissa ensuite retomber dans le silence, comme pour mieux admirer le travail qu'effectuait l'homme à la mèche blanche, pratiqué avec beaucoup d'attention et de soin. Il fit de même en prenant l'autre poignet du jeune homme, essuyant de son torchon les tâches rouges et vertes qui ternissaient la brillance de ses ciseaux. Après un nettoyage minutieux, Sweeney Todd fit quelques pas en arrière pour observer le résultat. Edward fit de même, levant ses mains d'argent sous ses yeux. Les lames brillaient généreusement, scintillaient. Elles étaient aussi propres que dans ses souvenirs, lorsque son père se chargeait de prendre soin de ses doigts aiguisés. Le garçon continua ainsi d'admirer la beauté insoupçonnée de ces lamelles, tandis que le barbier s'occupait de remplir à nouveau les tasses disposées sur le guéridon, avant de se rasseoir. Les paires de ciseaux se refermaient doucement, faisant miroiter leur éclat sur le visage du jeune homme. Lequel cessa de faire tinter ses lames lorsque la voix de Sweeney Todd s'adressa à lui pour lui faire une étonnante proposition. L'homme lui proposait littéralement de l'aider à tenir son échoppe, en promettant au garçon un apprentissage parfait au métier de barbier afin qu'il use de ses mains avec talent. Un sourire que l'on pouvait qualifier de radieux éclaira le visage d'Edward.

"J'aimerais beaucoup..."

Cette offre semblait mettre du baume à son coeur solitaire. Il était vrai que le jeune homme utilisait habilement le bout de ses bras, mais il n'avait jamais envisagé que l'on vienne à le prendre sous son aile pour l'initier à une quelconque forme de profession. C'était une véritable aubaine pour le garçon qui avait attéri dans un endroit qui lui était totalement inconnu. Il se sentait moins perdu, désormais. Edward tourna les yeux sur la petite table tenue à ses côtés et s'y pencha, attrapant la paille métalique dressée dans sa tasse de thé afin d'en siroter un peu. Qu'importait le goût amer, il était heureux de se savoir consideré de cette façon, par un homme qu'il venait tout juste de le rencontrer au milieu de cet étrange univers sombre. Se rasseyant convenablement sur son siège, le jeune homme déposa ses avants-bras sur les repouses coudes prévus à cet effet, une lueur de gratitude animant ses prunelles noirs, quoi que légèrement inquiète sur un sujet qui venait de germer dans son esprit.

"Mais... Je n'ai nul part où loger... Je ne veux pas vous déranger."
Revenir en haut Aller en bas
Full Moon Walk
Admin
avatar

Messages : 523
Date d'inscription : 01/04/2010
Age : 21
Localisation : Derrière mon ordinateur, assis à mon bureau.

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Dim 9 Mai - 23:08

Sweeney Todd crut apercevoir un léger rosissement s'emparer des pâles joues du jeune garçon après qu'il eut énoncé sa proposition d'apprentissage. Il faut dire que le barbier avait tendance à tout voir soit en noir, soit en rouge, selon que son humeur était à la mélancolie ou à la soif de sang. L'homme ne put s'empêcher de sourire en entendant le cyborg lui faire part immédiatement de son enthousiasme quant à sa proposition, bien que cela soit sur le mode conditionnel. Néanmoins, il voyait bien que cette idée enchantait le jeune Edward, lequel entamait doucement sa seconde tasse de thé avec un regard vague, comme s'il était plongé dans ses pensées en même temps que dans ce liquide fumant. Sweeney Todd était justement en train d'aménager mentalement la loge qui reviendrait à son nouvel apprenti quand celui-ci évoquait timidement ce petit inconvénient. Décidément, ce garçon était plus vif qu'il n'y semblait au premier abord. Le barbier adressa son sourire le plus charmeur (ou le moins cruel) au jeune homme puis se dirigea vers la porte de l'échoppe qu'il ouvrit d'un geste élégant. Il se tourna alors vers Edward et lui dit :

-Cela ne pose aucun problème, jeune néophyte. Je possède justement une chambre vide au rez-de-chaussée; il est d'ailleurs de coutume que l'apprenti vive chez son maître, cela fait partie des services échangés lors de l'apprentissage. Si vous voulez bien me suivre Edward -je peux vous appeler Edward?-, je vais vous montrer vos nouveaux quartiers....

Le barbier franchit la porte et invita d'un geste l'étrange jeune homme à le suivre. C'est avec l'allure d'un fier propriétaire qu'il descendit les marches et conduisit son hôte jusqu'à la petite porte du rez-de-chaussée, qui menait dans une pièce située au fond de l'ancienne tarterie. L'ancienne chambre de la malheureuse Mrs Lovetts conviendrait parfaitement à Edward. Il actionna la poignée de la petite porte en bois, qui grinça bruyamment en s'ouvrant sur les deux hommes. Sweeney Todd entra et ne put réprimer un toussotement provoqué par la poussière qui s'était accumulée au fil des longs mois au cours desquels cette pièce était restée fermée. Il se dirigea vers la fenêtre qu'il ouvrit en grand à fin de purifier l'air avec l'air tout aussi malsain de la ville de Londres. Le barbier se retourna afin de juger de l'état de la pièce; il y avait somme toute tout le confort nécessaire : un lit, une commode, un bureau ainsi qu'une grande psyché -la réplique exacte de celle disposée dans l'échoppe de barbier à l'étage. Sweeney Todd tourna alors la tête vers son hôte et lui dit aimablement :

-Voilà votre nouvelle demeure! Ce n'est pas Byzance, mais vous n'avez pas l'air d'un homme extrêmement exigeant en matière d'ordre et de luxe, si je puis me permettre. Alors, on n'a qu'à dire que tu commenceras -oui "tu" je vais te tutoyer!- que tu commenceras ton service tous les matins vers 7H00 : je t'enseignerai l'art du rasage dans la matinée et l'après-midi et le soir tu me seconderas à l'échoppe et au bar. Cela te convient-il, jeune apprenti?

_________________
Je suis le Baron Sanglant, seigneur taciturne de ce manoir et grand amiral des noires pensées.
Mon avatar est un cadeau très généreux de la part de la talentueuse artiste qu'est Emily, n'hésitez pas à visiter son deviant art !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://folienoireblog.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Lun 17 Mai - 15:26

(Oh la la... J'avais complètement oublié ce rp ! Shocked Mea Culpa...)

Son barbier d'interlocuteur lui adressa un sourire pour le moins sincère, tandis qu'il se dirigeait vers la porte vitrée de son échoppe pour l'ouvrir avant de se tourner vers le jeune homme, resté assis sur son fauteuil, et lui assurer que le logement ne poserait aucun problème. Dans la mesure où un apprenti se devait de vivre chez son maître, Edward était donc tout naturellement invité à occuper une chambre au rez-de-chaussée. C'est avec une politesse chaleureuse que l'homme à la mèche blanche l'invita à quitter de son siège afin de le suivre. Le garçon aux ciseaux se leva donc doucement, hochant la tête lorsque Sweeney Todd lui demanda s'il pouvait se permettre de l'appeler Edward. C'était bien son nom, comment pouvait-il le nommer autrement ? Il s'agissait sans nul doute d'une question de courtoisie à employer lorsque l'on s'adressait à autrui. Timidement, le jeune homme suivit son nouvel et tout premier employeur, lequel le guida à travers le rez-de-chaussée jusqu'à lui faire franchir le seuil de la pièce dont il était question, plongée dans l'obscurité. Elle ne fut que légèrement éclairée au moment où Sweeney Todd avait ouvert la fenêtre, tant le ciel à l'extérieur était assombri. Il présenta ensuite à Edward sa nouvelle chambre, mentionnant un lieu que ce dernier n'était pas sûr de connaître, avant de lui indiquer les horaires de ses futurs activités. Lorsqu'il eût fini son discours, le garçon souria doucement, dans un même hochement de tête.

"Tout à fait, monsieur Todd."

Ses yeux noirs et brillants se décrochèrent de la silhouette du noir barbier pour balayer la pièce du regard. Tout était bien ammeublé et, malgré la poussière accumulée depuis des lustres certainement, paraîssait tout à fait confortable. Edward était loin d'être et de faire le difficile, c'était une chambre fameuse qu'on lui proposait là en comparaison à son vieux château, même s'il n'avait pas vraiment besoin de dormir. Le jeune homme fit quelques pas silencieux, faisant toutefois grincer le plancher sous ses pieds, pour observer de plus près tout ce qui l'entourait, accompagnant sa démarche de quelques tintements provenant de ses lames fraichement nettoyées. S'immobilisant, il jeta un coup d'oeil à ce qui lui faisait office de mains.

"Les gens.. Ne seront-ils pas effrayés de mes ciseaux ?"

Le garçon aux mains d'argent regardait le barbier avec gêne. Cela serait bien dommage s'il venait à faire fuir la clientèle de Sweeney Todd, suite à l'effroi que ses instruments de travail provoqueraient. Son regard quelque peu ennuyé se détourna de sa cible première pour se poser sur le mur, soudainement attiré par un cadre qui décorait joliment la tapisserie. Edward s'en approcha donc et, une fois posté devant l'image, la scruta attentivement. Elle présentait la photographie d'une femme aux cheveux bouclés, au regard tout aussi assombri que celui de l'homme à la mèche blanche. Avec un petit sourire, le jeune homme tourna la tête vers ce dernier.

"C'est... votre femme ?"
Revenir en haut Aller en bas
Full Moon Walk
Admin
avatar

Messages : 523
Date d'inscription : 01/04/2010
Age : 21
Localisation : Derrière mon ordinateur, assis à mon bureau.

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Dim 23 Mai - 15:18

Sweeney Todd fut ravi de constater que le jeune Edward semblait très heureux de sa nouvelle situation : il regardait d'un air innocent l'ensemble de la pièce et acquiesça respectueusement quand il lui donna son emploi du temps. Le barbier commençait à vraiment apprécié la présence naïve et pensive du jeune homme : il devait bien admettre qu'il avait peu de compagnie si on excluait ses éphémères clients. De plus, il voyait l'arrivée d'Edward comme une mise au défi : arriverait-il à dissimuler ses activités coupables à son apprenti? Un véritable challenge allait commencer et cela lui donnait des frissons dans tout le corps. Sweeney regardait en souriant le garçon parcourir la pièce d'une allure gauche et timide malgré des mouvements saccadés. Se rendait-il compte à quel point il était adorable ce petit cyborg? En tout cas, il l'était assez pour attendrir quelque peu un sanguinaire tueur en série. Le barbier se sentait comme un enfant qui reçoit en cadeau un jouet tout neuf et unique en son genre. Un jouet avec de grands yeux noirs timides et inquiets. C'est alors que le jeune Edward lui fit par d'un problème assez juste : la réaction des gens face à sa "difformité". Sweeney prit quelques minutes pour y réfléchir : il était vrai que tout le monde n'était pas un fanatique des lames comme lui-même et que le garçon malgré son apparente innocence ne devait pas manquer d'effrayer les gens. Ce qu'il fallait c'était modifier le regard des gens, transformer la peur en un autre sentiment. Curiosité? Fascination? Affection? Le barbier réfléchit à un moyen d'expliquer à ses clients la drôle de créature qu'était Edward. Il leur raconterait que c'était un gamin des rues dont les mains avaient été tranchées par l'infâme juge Turpin. Un savant méconnu du public avait recueilli le garçon et, à l'aide du maréchal-ferrant, il lui avait façonné de nouvelles mains comme il pouvait. Évidemment le garçon avait par la suite eut du mal à trouver un emploi; ainsi, on le confia en apprentissage à l'homme qui pourrait lui enseigner l'un des seuls métiers qu'il puisse pratiquer : barbier. Oui, cela tenait passablement la route. Pour rassurer Edward, il lui dit :

-Il est vrai qu'il leur faudra un peu de temps pour s'habituer à toi -plus que moi en tout cas- mais en cette chère ville de Londres, ce ne sont pas les êtres étranges qui manquent. Je suis sur que tu seras vite accepté par les gens du coin......

Ce que Sweeney omit de rajouter, c'était que cette éventuelle popularité pourrait lui être d'un grand secours le jour ou des rumeurs s'élanceraient depuis ces égouts sordides. Il fit un sourire engageant pour signifier son profond optimisme à son nouvel apprenti. Mais l'attention du garçon se retrouva bien vite projeté vers le portait que le barbier n'avait pas pris le temps de décrocher, celui de Mrs Lovett. Son sourire s'effaça aussitôt et il se retint de grogner quand Edward lui demanda innocemment s'il s'agissait de son épouse. Le barbier se dirigea vers le daguerréotype et le décrocha en soupirant : cela faisait un bon moment qu'il n'avait plus pensé à sa pragmatique ex-comparse et il ne pouvait pas dire qu'elle lui manquait. Ils auraient pu s'entendre si cette garce ne lui avait pas menti et poussé au crime; de fait, sans elle il n'aurait peut-être jamais entamé une carrière criminelle. Soudain, il reprit le chemin de la fenêtre et jeta rageusement le portrait dans la cour humide et sombre. Il se retourna alors vers son apprenti et lui répondit, enfin :

-Cette femme n'est et n'a jamais été mon épouse, et elle ne le sera jamais, je puis te l'assurer.....Ne croit jamais les femmes mon garçon!


Le barbier jeta un nouveau coup d'œil dehors avant de fermer la fenêtre. La foule se faisait de plus en plus pressante : il était temps d'ouvrir le café. Sweeney Todd quitta la pièce en invitant d'un geste de la main Edward à le suivre. Il conduisit son apprenti à la pièce passablement crasseuse où il servait les clients du bar. Il enleva les chaises du dessus des tables avant d'ouvrir les rideaux qui masquaient l'échoppe aux yeux des riverains de Fleet Street. Fronçant les sourcils en voyant la lumière blafarde du soleil, le barbier-barman déverrouilla la porte d'entrée et retourna la pancarte indiquant l'ouverture du café. Une fois son bar ouvert, il prit place derrière son comptoir et commençait à expliquer à Edward son système de rangements des alcools quand un tintement leur indiqua l'arrivée d'un client. Sweeney sourit avant de se tourner vers son apprenti pour lui confier :

-Ah ah, les affaires commencent bien! Viens avec moi, je vais te présenter, c'est un client régulier. (se tournant vers le client) Bonjour à vous, inspecteur Abberline! Permettez moi de vous présenter mon nouvel apprenti, il est un peu spécial mais c'est un brave garçon! Edward, veux-tu bien prendre le manteau de Monsieur? Ne l'abime pas, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://folienoireblog.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Lun 7 Juin - 14:07

Si le barbier l'avait gentiment rassuré quant à l'intégration d'Edward au sein de cette sombre ville de Londres, sa mine se renfrogna subitement au moment où il se pencha sur la personnalité dont la photographie avait été accrochée au mur. Sans réponse aucune, l'homme à la mèche blanche se contenta de soupirer en venant décrocher le cadre ancien de son support. Le jeune homme aux ciseaux recula doucement, peut-être n'aurait-il pas dû lui parler de cette épouse. Peut-être s'agissait-il de sa défunte compagne ? Mais soudain, la lassitude laissa place à une rage incompréhensible, alors que Sweeney Todd envoya le portrait par la fenêtre, lequel éclata sur le pavé dans un bruit de verre brisé. Puis, d'un air grave, il corrigea Edward sur la nature de cette femme, qu'il disait n'avoir jamais été son épouse, le mettant même en garde contre la gente féminine. Le garçon replia ses bras contre lui, refermant lentement chacune de ses paires de ciseaux, gêné.

"D'accord... Désolé..."

L'air menaçant du barbier à l'instant l'avait effrayé. Il lui avait revêti jusqu'à présent un véritable masque de politesse et de générosité, et ce brusque élan de rage fut un radical changement de la part de cette personnalité qu'il ne connaissait pas encore tout à fait, en fin de compte. Sweeney Todd referma la fenêtre puis sortit de la pièce en invitant Edward à le suivre. Ce dernier emboita le pas de son nouveau maître et employeur, puis resta sagement immobile au milieu de l'échoppe du rez-de-chaussée faisant office de bar, tandis que le propriétaire s'occupait de tout mettre en place afin d'accueillir les clients. Une fois le bar ouvert, le jeune homme écouta le barbier, ou plutôt barman en cette occasion, qui lui expliquait l'arrangement des bouteilles d'alcools derrière le comptoire. Edward promena son regard sur les différents contenants. Tant que ce n'était pas de la "limonade"...

Un petit son de clochettes résonna alors et attira leur attention en direction de la porte, où un client venait d'entrer. Le jeune homme vit son employeur esquisser un sourire à cette venue, alors qu'il l'amena pour le présenter au dénommé Abberline. Un inspecteur et également client régulier de l'échoppe. C'était un homme brun, aux cheveux mi-longs et au teint étonnament plus mât que celui des individus se trouvant dans la même pièce. Lorsque Sweeney Todd demanda à Edward de débarasser l'homme de son manteau, il regarda timidement ses mains, avant de finalement s'approcher. L'inspecteur lui délivra gentiment sa veste pour lui permettre de la soutenir avec ses ciseaux, qu'il prit soin de garder fermés pour éviter toute coupure accidentelle. Une fois le vêtement tenu sur ses lames closes, le garçon s'avança jusqu'au porte-manteau avec attention, comme s'il tenait là un objet des plus fragiles. Pendant ce temps, les deux hommes discutèrent près du comptoire. D'un certain Jack, apparemment. Un éventreur... Edward ne savait pas vraiment ce que c'était. Un métier, sans doute ? Toujours était-il qu'après avoir soigneusement pendu le manteau sur son support, il revint auprès des deux hommes, et attendit qu'un instant de silence s'installe au cours de leur conversation pour demander :

"Est-ce que cet 'éventreur' est un ami à vous, Monsieur Todd ?"
Revenir en haut Aller en bas
Full Moon Walk
Admin
avatar

Messages : 523
Date d'inscription : 01/04/2010
Age : 21
Localisation : Derrière mon ordinateur, assis à mon bureau.

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   Jeu 10 Juin - 13:17

Sweeney Todd observa attentivement le garçon aux ciseaux tandis que celui-ci manipulait le manteau de l'inspecteur. Il voulait tester la dextérité de son nouvel apprenti avec ses drôles d'appendices. De fait, Edward semblait maitriser adroitement l'ensemble de ses membres malgré ses gestes robotiques. Cela devait faire bien longtemps qu'il disposait de ces mains : serait-il né avec? Cela semblait improbable, mais aussi terrible pour la pauvre mère du garçon! Le barbier imagina quelques instants la venue au monde sanglante d'Edward. Non, il devait être le fruit des expérience de quelque scientifique fou, c'était la seule solution. Ses suppositions furent interrompues par Fred Abberline qui, fixant le nouvel apprenti avec stupéfaction, interrogea le barbier avec insistance. Sweeney lui répondit innocemment qu'il ne savait pas lui non plus qui ou qu'est ce qu'était ce jeune homme exactement. Il ajouta en un murmure qu'il s'agissait peut être d'une nouvelle étrangeté de la nature, comme on en voyait depuis les premiers meurtres de celui que l'on nommait déjà Jack the Ripper, l'Éventreur de Londres. Le barbier avait suivi de près les agissement de son "confrère" et sa familiarité avec l'inspecteur chargé de l'enquête n'était pas étranger à cette curiosité pour la concurrence. Mais ce fameux Jack était bien différent de lui : il ne tuait que des prostituées. Sweeney Todd n'aurait jamais fait de mal à une femme, du moins pas tant qu'il pouvait l'éviter. De plus, l'Eventreur semblait être un de ses tueurs fiers de leur œuvres, n'hésitant pas à laisser aux autorités des cadavres bien exposés et signés par leur meurtrier. Le barbier, lui, trouvait qu'il avait déniché une méthode adéquate pour se débarrasser des corps; pour cela, il remerciait secrètement la défunte Nellie Lovett. Toujours dans ses pensées, le barbier servit à l'inspecteur un whisky pur malt et se permit d'en prendre un verre également. Abberline commença à lui raconter les nouvelles fraîches concernant l'assassin qu'il poursuivait : un nouveau crime avait eu lieu la veille, encore une prostituée déléstée d'un de ses organes. Le barbier prit un visage faussement contrit, mais avant qu'il puisse répondre à l'inspecteur, une petite voix se fit entendre non loin d'eux. Edward, ne semblant pas être au courant de la série de meurtres qui bouleversait White Chapel, demanda naïvement au barbier si celui qu'ils nommaient "l'Eventreur" était un de ses amis. Sweeney pensa un quart de seconde qu'en effet, il adorerait rencontrer ce fameux tueur mais il se contenta de lancer un regard amusé à l'inspecteur avant de rire. Décidément, ce garçon n'en finirait jamais de l'étonner! Abberline rit lui aussi de bon cœur avant de secouer la tête négativement en direction d'Edward, tout en gardant un grand sourire aux lèvres. Le barbier décida que le garçon méritait bien un petit verre pour son agréable intervention, alors il lui servit à lui aussi un verre de whisky, en omettant pas d'y ajouter une paille. Edward servi, Sweeney se tourna vers l'inspecteur Abberline en lui annonçant :

-Qu'est ce que je vous disais? C'est un brave garçon! (se retournant vers Edward en lui approchant son verre) Non mon jeune ami, je ne connais pas cet Éventreur, si ce n'est par le biais de Mr l'inspecteur qui m'en fait la chronique régulièrement. Il s'agit d'un criminel qui sévit à Londres depuis quelques temps; il ouvre le ventre de ses victimes : d'où le nom d'éventreur....Mais ne t'en fais pas, Mr Abberline est proche du but, et puis de toute façon, Jack ne s'attaque qu'aux femmes!

Sweeney Todd trinqua avec Abberline avant de faire tinter son verre contre celui d'Edward. L'inspecteur siffla son verre en un rien de temps et s'empressa ensuite de reprendre son manteau : il ne restait jamais bien longtemps. Le barbier l'accompagna à la sortie en lui souhaitant bon courage vers son enquête. Une fois Abberline sorti de l'échoppe, le barbier se tourna vers son nouvel apprenti ets e remit à rire doucement. Il se rapprocha d'Edward, puis déposa ses mains sur les épaules du cyborg. Plantant son regard incisif dans les doux yeux du garçon, il lui demanda :

-Trêve de plaisanterie! J'aimerais beaucoup que tu me racontes la façon dont tu as obtenu ces mains hors du commun, tu veux bien? (il rajouta plus gravement) Ah et oui aussi : évite de m'associer aux criminels, je n'ai pas vraiment envie de me retrouver face à un juge....

_________________
Je suis le Baron Sanglant, seigneur taciturne de ce manoir et grand amiral des noires pensées.
Mon avatar est un cadeau très généreux de la part de la talentueuse artiste qu'est Emily, n'hésitez pas à visiter son deviant art !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://folienoireblog.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La rencontre des lames (pv. Sweeney Todd)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sweeney Todd
» Anthony Todd [validée]
» Lames suintantes + poison ?
» bravo Emmanuel Todd...
» [1623 FB]Deux lames qui s'entrechoquent ![Pv : Phoenix D. Juusei]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Burtonmania :: Section HRP :: Cave :: Corbeille :: Vestiges ancestraux-
Sauter vers: