Forum de jeux de rôles inspiré par l'univers de Tim Burton
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Devil

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/04/2013
Localisation : Gotham City

Feuille de personnage
Points de folie: (35)
Démence:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Mar 13 Aoû - 16:40

Je traînais sans but dans les rues sombres de Gotham City. Je ne faisais rien depuis un bon mois, ce qui me mettait d’une humeur exécrable. Si encore j’avais eu un homme de main pour me passer les nerfs dessus….mais non, même pas. Les récents évènements me contraignaient à une oisiveté déprimante.

Il y a quelques temps, j’avais été interpelé au tribunal pour un énième procès concernant un énième homicide volontaire, à moins qu’in ne s’agisse d’autre chose… ? Peut-importe au fond. Je m’étais donc retrouvé devant un juge encore plus hargneux que les précédents qui s’était mis en tête de me faire passer sur la chaise électrique, oui, parfaitement, irresponsabilité ou pas irresponsabilité ! Les psychiatres s’étaient récriés d’attendre encore un peu, qu’ils voulaient encore étudier mon cas, un cas unique dans l’histoire de la psychiatrie, et que lorsqu’ils auraient compris mon fonctionnement, le juge pourrait me condamner à la chaise électrique, à la pendaison, à la décapitation et même à l’empalement si ça lui chantait, mais s’il vous plaît, allez monsieur le juge. Le juge en question n’avait pas trouvé l’argument convaincant. Ce serait certes une grande perte pour la psychiatrie, et il en était sincèrement désolé, mais que si cela pouvait empêcher la constante hausse du pourcentage de criminalité à Gotham, il m’empalerait volontiers.
Moi je m’ennuyais. C’était tout le temps la même chose, leurs procès… j’essayais de m’installer confortablement à la barre des accusés pour roupiller tranquillement en attendant qu’ils aient fini leur passionnant débat, mais un policier posté derrière moi m’envoya un coup sur la tête. Je me redressai et lui souris gentiment. Il me toisa avec dégoût. Il semblait m’en vouloir. Il avait peut-être perdu des copains lors de ma dernière action d’éclat.
Quand vint mon tour de parler, j’entrepris d’expliquer au jury qu’on ne pouvait pas écrire « slaughter » (massacre) sans «  laughter » (rire) ; et qu’il n’y avait pas besoin de maîtriser les subtilités de la langue anglaise pour comprendre ça. Bizarrement, la logique de la chose ne leur avait pas sauté aux yeux.
Comme d’habitude, les psychiatres avaient gagné et je m’étais retrouvé à Arkham pour la….je crois que je vais arrêter de compter. D’où je m’étais échappé pour la….je viens de dire que j’arrêtais de compter.

La première chose que je fis en sortant fut d’aller rendre visite à mon ami le flic du tribunal. Le lendemain, on apprenait par la presse la mort tragique d’un certain représentant des forces de l’ordre. Mon Dieu quelle tragédie. Comment ?! Il avait une femme et des enfants ?! Comme c’est triiiiiiste…… !
J’éclatai d’un rire hystérique, tout seul dans cette rue obscure et déserte, qui suintait le crime et la corruption comme d'autre suintent le vice, la richesse ou la misère. La lumière jaunâtre des lampadaires faisaient s’étaler sur les murs ma silhouette, immense et fantastique. Des murs gris et sales, tristes à mourir, où persistaient encore les affiches de campagne des dernières élections municipales. Je me mis à fredonner une petite chanson, mon pas se fit léger et dansant.

«Ces rues sont tristes, ô tristes rues
Qui suintent le malheur
De quoi tomber en dépression aigüe  
Si je n’étais pas là pour mettre un peu de couleur !

Oui, vraiment trop tristes
Heureusement voici l’artiste
Faites-moi confiance Monsieur le Maire,
Laissez faire le grand Joker !

Je vais mettre plein de rouge ce sera joli
Quoi comment que dites-vous ?
J’ai cru entendre un gargouillis
En vous coupant le cou.

Ah Monsieur le Maire vraiment merci
Car sachez mon très cher,
Que sans l’appui de votre jugulaire,
Ces murs seraient restés gris.

Vous boudez ? Ah quelle tristesse !
Mais que veux- tu mon bonhomme
La mort c’est mon business
Et les affaires sont bonnes ! »

Je levai les bras au ciel puis saluai très bas, un genou  à terre. Quel dommage, pensai-je, que personne ne sois là pour voir ma petite improvisation ….
Personne…. ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Dans un lieu peu fréquentable

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: on peut croiser toutes sortes de gens, le soir a Gotham...   Mar 21 Jan - 21:18

C'était une belle nuit qui commençait à Gotham. En tout cas, elle l'était pour Yume. Déjà deux jours qu'elle était dans cette grande ville pleine d'activités où les habitants étaient tous assez intéressants à observer. La veille, elle avait même vu, dans cette rue un homme déguisé en chauve-souris sauter de toit en toit. Et dire qu'on la traitait de folle ! Elle replaça une mèche de ses cheveux châtains derrière son oreille. Cette nuit, elle allait surement chanter et danser dans les quartiers endormis de Gotham, comme tout les autres soirs. Elle prit la rue à gauche. A sa grande surprise, il y avait quelqu'un dans cette rue: un homme qui faisait tournoyer sa canne en riant tel un hystérique. Elle se mit à sourire. Il l'intriguait. Le suivre serait son activité de la soirée. Ni une, ni deux, elle se glissa dans les ombres des bâtiments. Yume frémissait d’excitation: elle trouvait cela vraiment distrayant ! Ses yeux d'émeraudes scrutaient l'inconnu, en alerte de quelque chose d'extraordinaire de la part de cet homme à la canne tournoyante. Puis d'un seul coup, il se mit à chanter et à danser dans cette rue qu'il croyait vide sous l'émerveillement de la jeune fille:
«Ces rues sont tristes, ô tristes rues
Qui suintent le malheur
De quoi tomber en dépression aigüe  
Si je n’étais pas là pour mettre un peu de couleur !

Oui, vraiment trop tristes
Heureusement voici l’artiste
Faites-moi confiance Monsieur le Maire,
Laissez faire le grand Joker !

Je vais mettre plein de rouge ce sera joli
Quoi comment que dites-vous ?
J’ai cru entendre un gargouillis
En vous coupant le cou.

Ah Monsieur le Maire vraiment merci
Car sachez mon très cher,
Que sans l’appui de votre jugulaire,
Ces murs seraient restés gris.

Vous boudez ? Ah quelle tristesse !
Mais que veux- tu mon bonhomme
La mort c’est mon business
Et les affaires sont bonnes ! »

Puis, il fit une révérence à un public inexistant. Yume trouvait ses paroles tellement belles, tellement poétiques ! Il devait être un artiste ! Elle adorait les artistes ! Elle ne put s’empêcher de l'applaudir:
- Bravo ! Bravo ! Bravo ! C'était vraiment remarquable !
L'inconnu s’arrêta net. Il se retourna, surpris. Il est vrai que ce n'était pas courant de voir une jolie poupée en plein milieu de la nuit dans les quartiers les moins fréquentables de Gotham. Éclairée par la faible lueur des lampadaires, la poupée sourit ce qui renforça un peu plus son charme vulnérable.
-Quelle impolie ! Je me présente: je m'appelle Yume et je n'ai pas pu m’empêcher de vous suivre ! elle fit une révérence. Cela dit, monsieur l'artiste, vous êtes doué ! Même très doué ! Ou...pourrai-je vous appelez Joker ? Comme ça vous êtes artiste et assassin ? J'aimerai beaucoup en savoir plus !
Elle, Yume la folle solitaire, s'intéressait enfin à quelqu'un. Seule à la recherche d'un ami, l'idée que celui-ci soit le bon la fit sourire de plus belle. Dire qu'elle pensait sa vie hors du commun ! Une phrase lui brûlait les lèvres: Oh, cher inconnu, marchons ensemble dans ces sombres rues, et racontez, racontez moi votre vie passionnante !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devil

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/04/2013
Localisation : Gotham City

Feuille de personnage
Points de folie: (35)
Démence:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Dim 26 Jan - 16:25

Clap-clap-clap.
Allons bon ?!

"Bravo ! Bravo ! Bravo ! C'était vraiment remarquable !"

Je me retournai d'un coup, curieux et amusé de voir quelle tête pouvait avoir l'inconscient qui venait de m'applaudir.
Soit. On voit de tout à Gotham. Des femmes-chat, des pingouins, des clowns, et même des chauves-souris.
Mais il était rare de tomber sur une petite fille déguisée en Alice au Pays des Merveilles. Qui plus est une petite fille qui trouvait ses poèmes remarquables. Elle souriait, drôle d'apparition, dont l'apparence candide était incongrue et déplacée dans cette rue habituellement fréquentée par les mafieux.

-Quelle impolie ! Je me présente: je m'appelle Yume et je n'ai pas pu m’empêcher de vous suivre !  Cela dit, monsieur l'artiste, vous êtes doué ! Même très doué ! Ou...pourrai-je vous appelez Joker ? Comme ça vous êtes artiste et assassin ? J'aimerai beaucoup en savoir plus !

La situation était de plus en plus bizarre. Cette fille n'ignorait pas mon intéressant curriculum vitae et n'avait pas l'air effrayée, mais alors là, PAS DU TOUT. Je conclus qu'elle était très certainement dérangée et ne m'interrogeais pas plus.
En revanche, j'étais amusé de découvrir quelqu'un qui ne reculât pas en me voyant. Cela n'était plus arrivé depuis Harley.
Je pourrais utiliser cette charmante gamine pour mon prochain coup d'éclat ? On se méfie rarement des mignonnes poupées.
Mon sourire s'élargit à cette pensée. Mais d'abord, mettons-la en confiance. J'allais lui raconter une belle histoire, puisque c'était ce qu'elle désirait !

Galamment, je la pris par le bras, et la tirai hors des bas-fonds de Gotham. On pourrait aller sur Crime Alley ? ou ailleurs, on verra...

"Enchanté de faire ta connaissance, Yume. Tu souhaites en savoir plus sur mes activités ? Je fais de l'art, tu vois. Je suis à la recherche...D'une esthétique nouvelle. Je vais te montrer, si tu veux. Tu as déjà entendu un petit échantillon de mon lyrisme, maintenant, passons à l'art plastique. Tu me suis ?"


Un peu de culture ne fais de mal à personne. Bon, il risquait d'arriver des trucs à la petite, mais, on ne fait pas d'omelette sans casser d'œufs, n'est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Dans un lieu peu fréquentable

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Dim 26 Jan - 17:26

Yume constata avec stupéfaction que son air de surprise se transforma en sourire. Il la prit par le bras, comme si il avait avait deviné ses pensées. Elle était heureuse que quelqu'un ne fuyait pas en la voyant. Bon, bon ! Il ne fallait pas non plus s'emballer ! Après un petit instant de marche, le Joker prit la parole:
"Enchanté de faire ta connaissance, Yume. Tu souhaites en savoir plus sur mes activités ? Je fais de l'art, tu vois. Je suis à la recherche...D'une esthétique nouvelle. Je vais te montrer, si tu veux. Tu as déjà entendu un petit échantillon de mon lyrisme, maintenant, passons à l'art plastique. Tu me suis ?"
Bien sûr qu'elle le suivait. Dire qu'elle pensait que ce serait une nuit comme les autres ! Il était enchanté ! Sûr, c'était le bon ! Elle redoubla son sourire. Mais bon, elle n'était quand même pas stupide. En tant que folle, elle savait qu'il ne lui portait encore pas assez d’intérêt pour ne pas prendre le soin de s'assurer qu'elle 'en sorte indemne. Soit, alors elle l’impressionnerai ! Elle savait que le clown ignorait son incroyable talent pour la comédie et le mensonge ,et qu'elle excellait dans la manipulation de la redoutable poêle à frire. Bien, maintenant, place au spectacle !
-Oh oui je vois ! Et bien ou allons nous Joker ? Lui demanda t-elle sans perdre son sourire d'ange.
La lune était pleine, et les murs encore gris. Oui, c'était sûr, c'était une belle nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devil

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/04/2013
Localisation : Gotham City

Feuille de personnage
Points de folie: (35)
Démence:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Dim 2 Fév - 18:03

-Oh oui je vois ! Et bien ou allons nous Joker ?

La petite souriait toujours, étrangement candide. C'était agréable de travailler avec elle !

-On va au musée. Tu aimes la peinture j'espère ?
Je n'attendis même pas la réponse et remarquai avec indignation :
"Une jolie jeune fille comme toi et un grand homme comme moi à pied dans ces rues mal famées, ça ne vas pas du tout. Il nous faut un véhicule."
Je me précipitais sur le trottoir d'en face et remontais la jambe de mon pantalon violet, le pouce en l'air en souriais de mon air le plus aguicheur.
L'effet ne se fit pas attendre. La première voiture s'arrêta devant moi, et son conducteur en sortit, tremblotant, les mains en l'air. Je lui souriais sensuellement et me dirigeai vers lui. Le pauvre homme n'avait pas l'air ravi de me voir. Incroyable, non ?
Quand je ne fus plus qu'à quelques centimètres de lui, je crus bien qu'il allait tomber dans les pommes. Son teint avait pris la couleurs vert-grisâtre d'un poisson en état de décomposition avancée.
Au prix d'un effort surhumain, il bégaya :
"S'il vous plaît...J'ai une femme et quatre enfants...
-C'est une belle famille, dites-moi !" répondis-je amicalement. Je fis le tour de la voiture. Passable. On s'en contenterait.
Je me tournai à nouveau vers notre ami au teint étrange et lui demandai poliment :
"Voyez-vous, ma jeune amie et moi sommes à pied, et je me demandai si...
-PRENEZ-LA !! Prenez tout ce que vous voudrez ! Monsieur."

J'ouvris la portière arrière et fis galamment entrer Yume, puis entrai moi-même et refermai la portière. Notre cher poisson, sur le point de se liquéfier, nous regardai avec des yeux exorbités.

"Je n'aime pas conduire. J'ai l'habitude des chauffeurs."

Le pauvre bougre semblait au supplice. Lentement, il entra dans l'auto et prit le volant. Il eut bien du mal à mettre le contact tant il tremblait et je me demandai s'il était bien sage d'engager un chauffeur souffrant de la maladie de Parkinson.
Quand la voiture se mit enfin en marche, il se retourna vers nous, blanc comme de la cire et dégoulinant comme une bougie fondue.
"S'il vous plaît...J'ai une femme et huit enfants...
-Nous allons au Musée. Et nous ne devons pas être en retard. Ce n'est pas poli."

Je m'attendais à un peu de réaction mais je dois bien avouer que je sursautai quand notre chauffeur écrasa la pédale d'accélération ! La voiture fit un bond en avant, puis se mit à zigzaguer à toute vitesse à travers Gotham. Notre nouveau chauffeur semblait avoir pour objectif de gagner le titre de "personne s'étant fait retirer son permis de conduire le plus rapidement." ça devrait figurer dans le prochain Guiness des records.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Dans un lieu peu fréquentable

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Dim 2 Fév - 19:45

Le Joker répondit immédiatement sans perdre son immense sourire rouge:
-On va au musée. Tu aimes la peinture j'espère ?
Chic ! Elle qui voulait le visiter le lendemain ! Mais maintenant elle pourrait le visiter sans touristes bruyants et en plus, en excellente compagnie ! Le clown reprit, l'air légèrement contrarié:
-Une jolie jeune fille comme toi et un grand homme comme moi à pied dans ces rues mal famées, ça ne vas pas du tout. Il nous faut un véhicule.
Sur ce point, il n'avait pas tort. Directement, il se jeta sur le trottoir d'en face et monta son pouce en l'air avec un sourire des plus comiques. La première voiture s’arrêta immédiatement, et le conducteur en sortit aussi pâle qu'un linge les mains en l'air. Eh bien ! Son nouveau compagnon avait fait sa réputation, on dirait ! L'assassin se dirigea vers notre pauvre homme qui tremblait comme une feuille. Il réussit à faire un effort surhumain en gémissant comme une fillette:
-S'il vous plaît...J'ai une femme et quatre enfants...
Yume était folle mais pas méchante: elle voulait que cet homme retrouve sa famille. Elle viendrait  son secours si jamais Joker voudrait le tuer après avoir pris possession se son véhicule.
-C'est une belle famille, dites-moi ! En répondit gentiment le Joker. Il fit le tour de la voiture puis demanda avec beaucoup de courtoisie:
-Voyez-vous, ma jeune amie et moi sommes à pied, et je me demandai si...
Il l'avait dit comme son amie ! Personne de toute sa vie ne l'avait qualifiée comme tel. Un immense bonheur emplit le coeur de la jeune poupée.
-PRENEZ-LA !! Prenez tout ce que vous voudrez ! Monsieur. s'écria le père de famille désespéré.
Je joker aida Yume avec galanterie à pénétrer dans la voiture avant d'y enter lui même. Il claqua la portière et déclara:
-Je n'aime pas conduire. J'ai l'habitude des chauffeurs.
L'homme innocent semblait désormais se liquéfier sur place. Il déglutit et s'installa au volant. Puis, il se tourna vers ses deux "invités surprise" en plaidant de nouveau:
-S'il vous plaît...J'ai une femme et huit enfants...
COMMENT ? La poupée n'avait pas entendu quatre tout à l'heure . Quel menteur ! Quel charlatant ! Elle regrettait amèrement que cet insolent soit encore en vie mais se résigna en se persuadant qu'elle avait besoin d'un chauffeur. Le Joker répondit du tac au tac à ce geignard:
-Nous allons au Musée. Et nous ne devons pas être en retard. Ce n'est pas poli.
Le chauffeur ne mit pas longtemps à réagir: il démarra à au moins 300 à l'heure, digne d'un parc d'attraction: décidément quelle soirée de rêve ! Pendant le voyage, la poupée levait haut les bras de la voiture dénuée de toit ( surement pour craner à la base) et cria:
-Wouhou ! Trop fun !
Les freins de la voiture crissèrent: Ah, ils devaient être arrivés. Les deux amis descendirent de la voiture et le chauffeur s'en alla à toute vitesse, surement traumatisé à vie. Yume inspecta l'imposant bâtiment: zut ! Un policier gardait l'entrée. Elle allait pouvoir mettre son talent à l'action. Elle chuchota au Joker:
-Laissez, je m'en charge."
Sur ces mots elle se mit à pleurer et se diriger vers l'incapable policier qui ne les avait pas repérés.
En voyant Yume, il lui demanda:
-Que se passe t'il mademoiselle ?
Celle ci répondit entre quelques hoquets avec un accent horriblement Russe:
-C'est...c'est horrible monsieur !....un.....Un homme.....mon père......
-Calmez vous et racontez moi.
-Je me promenais tranquillement avec mon père. Tout à coup, un homme aux verts cheveux et avec un drôle de maquillage est arrivé et ......oh, mon cher père..... Puis, elle éclata en sanglots.
-Ah Joker ! Je te tiens, stupide canaille ! Avec ta capture, j'aurai une promotion ! Par où est t-il parti ?
-Par là.....Faites attention, cet homme est dangereux ! dit-elle d'un air faussement inquiet.
Comme prévu, le policier se dirigea vers la direction indiquée. Yume, derrière lui saisit l'arrière de son cou et avec ses pouces, mit une petite pression. L'homme s'écroula sur le sol.
-Désolé, mon pote, tu peux dire adieu à ta promotion ! Bien ! Il ne risque pas de se réveiller de sitôt ! fit elle en se retournant vers son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devil

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/04/2013
Localisation : Gotham City

Feuille de personnage
Points de folie: (35)
Démence:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Mer 19 Fév - 14:10

Une fois le haut le coeur du démarrage passé, je passai la tête à l'extérieur, c'était mieux qu'un grand huit ! Yume aussi avait l'air d'apprécier le transport, elle semblait enivrée par la vitesse et levait les bras en criant :
-Wouhou ! Trop fun !
J'étais content, c'était très important pour moi que mes invités se divertissent.
Je commençais à avoir un peu mal au cœur quand notre chauffeur écrabouilla la pédale de frein, me faisant de nouveau sursauter. Je descendis de la voiture en marchant de travers, Yume en sautillant, et notre chauffeur mit tant de volonté à nous fausser compagnie que je n'eus pas le temps de graver un sourire sur son visage ni même de lui serrer la main pour le remercier de ses gracieux services.
Le musée était gardé par un gorille en uniforme. Avant que j'ai eu le temps d'esquisser un geste, Yume se hissa sur la pointe des pieds pour me glisser à l'oreille :
-Laissez, je m'en charge."
Curieux de voir comment elle comptait se débrouiller, je la laissai faire, mon éternel sourire figé sur le visage.
En un instant, les traits de la petite se tordirent, son menton trembla et elle éclata en sanglots. Une petite prodige de comédie ! me disais-je, ravi.
Elle se traîna jusqu'au garde qui lui demanda ce qui n'allait pas (d'une grosse voix inexpressive et virile, un vrai flic de dessin animé !) et articula d'une petite voix chargée de larmes:
-C'est...c'est horrible monsieur !....un.....Un homme.....mon père...... (avec un accent horrible et littéralement indéfinissable).
-Calmez vous et racontez moi.
-Je me promenais tranquillement avec mon père. Tout à coup, un homme aux verts cheveux et avec un drôle de maquillage est arrivé et ......oh, mon cher père....."
Je m'amusais de la scène mais ce n'était rien comparé à l'explosion d'hilarité qui me secoua quand le militaire bomba le torse d'un air bravache et clama, tel un matamore sur une scène de théâtre:
Ah Joker ! Je te tiens, stupide canaille ! Avec ta capture, j'aurai une promotion ! Par où est t-il parti ?"
On ne m'avait jamais sorti ça ! stupide canaille ! ce type battait à plate couture tous les records d'idiotie ! Trop occupé à ma tenir les côtes en étouffant un accès de fou rire, j'entendis à peine Yume lui répondre :
-Par là.....Faites attention, cet homme est dangereux !"
Puis j'entendis un gros "splatch" et, surpris, écrasai mes larmes de joie et me tournai vers la scène.
Le flic gisait à terre, et la petite, si frêle, se tenait à côté.
-Désolé, mon pote, tu peux dire adieu à ta promotion ! Bien ! Il ne risque pas de se réveiller de sitôt !"
Je contemplai le gros corps étalé par terre.
-Oh la vache. Il a fait "splatch". commentais-je simplement.

J'ouvris la porte d'un grand coup de pied. Le musée était désert. Je me retournai vers Yume et lui souriait d'un air charmeur.
"Bien. Au travail maintenant. Nous allons exposer nos œuvres."
Ainsi, le lendemain, les gens verraient nos travaux. Ils seraient conquis par mon esthétique. Mon goût inné des couleurs, des techniques, des ombres se reflétant sur les crânes... Et Yume aurait sa petite part de gloire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Dans un lieu peu fréquentable

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Mer 26 Fév - 12:12

-Oh la vache. Il à fait "splatch".
Après cet unique commentaire, la poupée sut qu'elle l'avait au moins surpris. Une partie de son objectif était atteint. Un sourire naquit sur les lèvres de Yume, tandis que le clown défonçait la porte en un seul et magistral coup de pied....
-Bien, au travail maintenant. Nous allons exposer nos œuvres.
Une question lui brûlait les lèvres: comment pourrait on tuer dans un musée vide ? En allant chercher ailleurs, bien sûr. Le musée ne serai que le lieu d'exposition. C'était tellement évident ! Comment a t'elle put se poser la question ? De toutes les manières, elle avait juste à suivre son guide. Pourquoi avait-elle cette sorte de malaise ? Elle essaya de suivre la cadence rapide de son compagnon. Surement parce qu'elle n'avait jamais fait ça de sa vie. L’excitation, sans doutes. Ça devait être ça... Non, il y avait autre chose....Elle peinait à le suivre....Avec ça elle ne voyait ni où elle allait, ni la mine de Joker. A quoi pensait il ? Et le chapelier ? Aurait-il aimé ce qu'elle faisait en ce moment ? Surement pas....
*Oh chapelier, pardonnez moi....pardonnez moi....*Elle serra fort le pendentif que son fabricant de chapeaux favori lui avait offert.
Une tout autre réflexion germa en elle....On se demandait le lien entre celle d'avant et l'actuelle. Elle était folle certes, mais elle avait eu un passé difficile. On la rejetait pour sa différence et certains lui lançait même des pierres. Elle frissonna d'horreur à ce souvenir. Rien ne sert de remuer le passé. Elle avait rencontrer le chapelier, Suika, les autres....Ils lui avaient offert l'amitié. Mais ils n'étaient pas là...Elle posa son regard sur "monsieur canne tournante". Et lui ? Quel genre de passé à t'il eu, pour devenir ainsi ? Avait il souffert ? Surement. Mais, elle n'était pas sûr qu'il veuille bien lui en parler. Après tout, il ne se connaissaient que depuis aujourd'hui ! Elle n'eut pas le temps de réfléchir davantage, le clown s’arrêta. Ils devaient être arrivés. Elle ne savait pas où ils étaient. Absolument pas. Elle se mit à côté de lui et demanda en regardant autour d'elle.
-Où sommes nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devil

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/04/2013
Localisation : Gotham City

Feuille de personnage
Points de folie: (35)
Démence:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Mer 26 Fév - 15:15

J'observai Yume du coin de l'œil. Elle n'était plus aussi joyeuse que lors de notre petit tour en voiture. Elle paraissait réfléchir, plongée dans ses pensées. Elle me regardait, aussi. Je m'arrêtai brusquement, et elle me demanda d'une voix qui n'était plus celle de tout à l'heure :
-Où sommes nous ?
Pour toute réponse, je me retournai vers elle, me penchai à sa hauteur et attrapai son menton de ma main gantée. Je plantai mon regard dans ses grands yeux bleus et candides dans lesquels passa une ombre de panique.
-Dis-moi, à quoi tu penses ? Oh, non, ne dis rien, laisse-moi deviner. Je connais ce petit regard. Laisse-moi deviner ma poupée, tu ne serais pas en train de te souvenir ? Ouh ! que c'est dangereux, ça.... C'est une mauvaise idée. Tu te replonges dans ton passé et là, tu peux retrouver des choses que tu aurais souhaité oublier à jamais. Mais on n'oublie pas comme ça, tu le sais, Yume, et tes souvenirs, ils resteront accrochés à toi comme de vilaines bestioles qui te dévorent et te torturent sans relâche...
Ma jolie, je ne sais pas quels sont tes souvenirs. Mais quand ils deviennent trop insupportables, laisse-moi te donner un conseil. Laisse la folie te gagner. Et tout ira mieux. A partir de ce moment-là, tout peut arriver, plus rien n'a d'importance. Tout va bien. On ne t'as jamais dit ce gros mensonge, Yume ? Jamais personne ne t'as dit "ne t'inquiète pas, tout va bien se passer" ? haha ! Les gens sont si absurdes, si menteurs, si mauvais que crois-moi, la folie n'est qu'une simple porte de sortie. Tu perds la boule ? Et alors ? C'est la solution la plus raisonnable !


Je scrutai le visage de la petite en souriant. Simple curiosité, je me demandai quels étaient ses souvenirs, je me demandai si elle croyait encore en quelque chose. Mais je n'arrivais pas à lire à travers son minois lisse et enfantin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Dans un lieu peu fréquentable

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Mer 26 Fév - 19:21

Le clown se retourna vers elle, et.....sa vue se brouilla. Elle marchait avec le chapelier ( parfaitement avec le chapelier ! ) pour se rendre à leur prochaine tea party, comme à leur habitude. Le joker, le musée, son futur mariage ? Tout cela n'existait pas. Celui ci s'arrêta. Elle fit de même, intriguée, en se retournant vers lui. Il lui prit le menton ce qui la fit rougit fortement. Sa voix s'éleva, dans un ton qu'elle ne connaissait pas:
-Dis-moi, à quoi tu penses ? Oh, non, ne dis rien, laisse-moi deviner. Je connais ce petit regard. Laisse-moi deviner ma poupée, tu ne serais pas en train de te souvenir ? Ouh ! que c'est dangereux, ça.... C'est une mauvaise idée. Tu te replonges dans ton passé et là, tu peux retrouver des choses que tu aurais souhaité oublier à jamais. Mais on n'oublie pas comme ça, tu le sais, Yume, et tes souvenirs, ils resteront accrochés à toi comme de vilaines bestioles qui te dévorent et te torturent sans relâche...
Ma jolie, je ne sais pas quels sont tes souvenirs. Mais quand ils deviennent trop insupportables, laisse-moi te donner un conseil. Laisse la folie te gagner. Et tout ira mieux. A partir de ce moment-là, tout peut arriver, plus rien n'a d'importance. Tout va bien. On ne t'as jamais dit ce gros mensonge, Yume ? Jamais personne ne t'as dit "ne t'inquiète pas, tout va bien se passer" ? haha ! Les gens sont si absurdes, si menteurs, si mauvais que crois-moi, la folie n'est qu'une simple porte de sortie. Tu perds la boule ? Et alors ? C'est la solution la plus raisonnable !

De quoi parlait-il ? La poupée fut prise panique. Cette altitude ne lui correspondait pas, mais alors pas du tout. Elle se dit que c'était surement une de ses crises, même si ça n'y ressemblait pas, il suffisait alors de lui remettre l'esprit en place.
-Chapelier !
Il ne broncha pas. Il cherchait dans son regard, elle le sentait. Elle repoussa sa main.
-Chapelier ! Mais qu'est ce qui vous prend ? Je ne vous reconnait pas ! Est ce lièvre de mars, qui vous a bourré la tête de popcorn ? En tout les cas, je ne vous imaginait pas comme ça... Mon passé....Il a surement été plus dur que le vôtre...Je n'étais qu'une gamine...Je commençais à voir des choses étranges, on me prenait pour folle, alors qu'a cette époque, je n'étais pas plus folle que n'importe quelle gamine. Rien de grave, n'est ce pas ? J'étais rejetée, puis c'est passé au degrés supérieur. On m’injuriait, me lançais des pierres, même à la sortie de l'école. Je suis devenue folle mais me contrôlais. Puis quelqu'un a essayé de me...toucher.....un frisson d'horreur lui parcouru l'échine. A ce moment là, j'ai laissé la folie prendre le dessus, comme vous le dites si bien. Je n'avais plus aucun contrôle sur moi même, je ne savais pas ce que je faisais. J'ai repris mes esprits, j'étais en train de l'étrangler. Sur son visage livide, je voyais de la peur dans ses yeux, oui chapelier, la peur. Si je n'avais pas repris l'esprit à temps, je l'aurai tué. Cette histoire de mariage entre cousins est intervenue, tout est devenu....tellement compliqué....Et puis, je vous ai rencontré. Vous m'avez accepté telle que je suis, je me sentais si bien. Je....je croyais que vous m'appréciez...je.....tout semblait si réel....
Elle éclata en sanglots. Elle laissait couler ses larmes, essayant d'évacuer sa peine. Avait elle été trompée ? Il l'avait juste manipulée ? Dire qu'il se révélait qu'elle ne ressentait pas juste de l'amitié à son égard....Jamais, elle ne pourrai lui révéler ainsi, son coeur en était trop meurti... Des larmes coulaient sur son pendentif....Son pendentif ? La poupée repris ses esprits et regarda autour d'elle. Elle n'était pas avec le chapelier mais je Joker. Sa cervelle avait mélanger souvenirs et présent, sous l'effet de la panique, sans doutes. D'un côté, elle était plus que soulagée que ce ne soit pas le chapelier qui lui avait dit ça, d'un autre, elle venait de se révéler tout entière au Joker....Ses jambes ne la portait plus, elle tomba à genoux, pris sa tête entres ses petites mains et se mis à pleurer de plus belle.
-Oh, Joker je me sens si seule...Si perdue....Je...La seule raison valable de vivre à mes yeux, c'était eux, c'était lui...Mon espoir me gardait d'affronter chaque difficulté....Mais maintenant... En quoi dois je croire ? Vous me faites douter, je le remet en question. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Sam 15 Mar - 22:41



Un objet étincelant fait ignorer au Joker les pleurs incessants de la jeune fille et, avec une diabolique vivacité, il s'approche d'une boule de verre gisant au sol, clignotant d'une magnifique lueur rougeâtre. Trouver une ampoule dans un musée n’a rien d’exceptionnel, après tout. De nos jours, l'art n'a plus la même prestance qu'autrefois, mais il faut pourtant accepter cette triste réalité! Désormais, une ampoule suffit aux visiteurs pour s'extasier et crier au génie.

Cette ampoule ne semble toutefois pas ordinaire aux yeux du Joker. Il comprends immédiatement qu’elle est particulière, spéciale. Mais pourquoi ? Pourquoi as-t-il la délicieuse impression qu'il est le propriétaire d'une minuscule et lumineuse boule de verre ? Sa mémoire, bien que follement tordue, devrait l’aider à se rappeler de l'émerveillement, des guirlandes d'un soir et du grand enfant qui sont sans aucun doute à l'origine de cette apparition. Le Joker ne compte pas s'en séparer de sitôt, il a l'intime conviction que l'ampoule lui sera fortement utile.


Revenir en haut Aller en bas
Devil

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/04/2013
Localisation : Gotham City

Feuille de personnage
Points de folie: (35)
Démence:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Dim 30 Mar - 21:11

-Chapelier !

Pardon ?

-Chapelier ! Mais qu'est ce qui vous prend ? Je ne vous reconnait pas ! C'est normal, je ne suis pas le Chapelier. Est ce lièvre de mars, qui vous a bourré la tête de popcorn ? Idée originale, je prends note... En tout les cas, je ne vous imaginait pas comme ça... Mon passé....Il a surement été plus dur que le vôtre...Je te dirai ça quand je me rappellerais de quoi il retourne.... si je me rappelle un jour !Je n'étais qu'une gamine...Je commençais à voir des choses étranges, on me prenait pour folle, alors qu'a cette époque, je n'étais pas plus folle que n'importe quelle gamine. Rien de grave, n'est ce pas ?Non, bien sûr que non J'étais rejetée, puis c'est passé au degrés supérieur. On m’injuriait, me lançais des pierres, même à la sortie de l'école.La cruauté des enfants, c'est une chose fascinante, vraiment. Je suis devenue folle mais me contrôlais. Puis quelqu'un a essayé de me...toucher.....A ce moment là, j'ai laissé la folie prendre le dessus,saine réaction comme vous le dites si bien. Je n'avais plus aucun contrôle sur moi même, je ne savais pas ce que je faisais. J'ai repris mes esprits, j'étais en train de l'étrangler. Sur son visage livide, je voyais de la peur dans ses yeux, oui chapelier, la peur. Si je n'avais pas repris l'esprit à temps, je l'aurai tué. POURQUOI NE L'AS TU PAS FAIT, PETITE IDIOTE ???Cette histoire de mariage entre cousins est intervenue, tout est devenu....tellement compliqué....Je commence à perdre la fil, làEt puis, je vous ai rencontré. Vous m'avez accepté telle que je suis, je me sentais si bien.Je suis un charmeur, héhéhé Je....je croyais que vous m'appréciezOla. On se calme....je.....tout semblait si réel....

Je m'étais un peu perdu dans le dédale des pensées de Yume. Elle délirait, c'était clair. Elle pleurait comme une amoureuse déchue en serrant un pendentif.
Puis, brusque changement d'attitude. Semblant s'éveiller d'un songe, la gracile poupée regarda autour d'elle. Je vis passer sur son visage un immense soulagement puis une grande inquiétude. Elle se remit à faire la fontaine. Je commençais à me demander si je ne devrais pas m'en séparer. Mon slogan "laugh is the best médicine" risquait d'en prendre un coup.
Tandis que je m'inquiétais de ma réputation de "comique qui apporte de grands sourires aux visages de ses concitoyens", Yume se lamentait.

-Oh, Joker je me sens si seule...Si perdue....Je...La seule raison valable de vivre à mes yeux, c'était eux, c'était lui...Mon espoir me gardait d'affronter chaque difficulté....Mais maintenant... En quoi dois je croire ? Vous me faites douter, je le remet en question.

Je dois avouer que j'étais assez fier de moi. Une fois de plus, j'avais réussi à faire douter quelqu'un sur la chose qui lui importait le plus. Néanmoins les lamentations, ce n'étais pas vraiment mon truc, aussi fus-je distrait par une ampoule de verre pourpre, clignotante. Avec la rapidité de mouvement qui m'étais coutumière, je me saisissais de la sphère et la portais à mon visage. Aussitôt, j'eus l'impression, délectable et rare, que cette ampoule était à moi. C'est absurde, bien sûr. Ce n'est qu'une banale boule de verre. Mais elle est à moi. Je la serre contre moi comme un gosse. C'est MON ampoule.


J'avais presque oublié la présence de Yume derrière moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Dans un lieu peu fréquentable

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Ven 11 Avr - 18:19

La pauvre éplorée  ne remarqua qu'à peine que son interlocuteur se détournait d'elle pour ramasser un objet... Une fois légèrement calmée, elle s'approcha discrètement du Joker qui serrait la chose contre son coeur à la façon de Gollum. Une ampoule. Cette ampoule lui évoquait quelque chose de familier... Mais quoi..? Elle voulut la regarder de plus près, mais n'osa pas la lui prendre ( on ne connaît pas le genre de réaction d'un fou à ce moment là ) Une odeur de roses parfumées... Un sourire... Des lumières....

                                                                                     ***
Nous sommes désormais dans une pièce lumineuse réchauffée par un calme feu de cheminée. Sur le canapé doré, une belle femme sourit en tricotant. Elle est resplendissante. Elle ressemble énormément à Yume. Est ce elle ? Non, elle à l'air plus... La porte s'ouvrit à la volée, laissant place à une adorable gamine des yeux verts, un carré châtain, portant un robe verte et serrant une peluche contre elle. Celle ci se précipita dans les bras de la femme en criant:

-Maman !

La femme sourit un peu plus, son visage empli de douceur, elle caresse les cheveux de la petite.

-Yume, mon enfant...

-C'est noël ce soir ! Tu avais dit que tu avais une surprise pour moi ! Papa rentre de son travail pour passer noël avec nous ?

La mère regarda les yeux pétillants et le visage plein d'espoir de l'enfant.

-Non, mieux ! Tu n'es pas trop déçue ?
- Pas du tout ! Tant que je suis avec toi, ça me va !

L'adulte donna un regard plein d'amour à sa fille chérie. Ses paroles innocentes lui faisaient plaisir plus que tout au monde. Elle la prit par la main et lança d'un ton enjoué et malicieux,  celui dont sa fille avait hérité:

-Fermes les yeux...

Bien que curieuse, Yume était obéissante et s'exécutait. Elle se laissait guider par sa mère, en toute confiance:

-Tu peux ouvrir les yeux, maintenant...

Elle les ouvrit et.... Des millions d'étoiles. Des bleues, des jaunes, des rouges... Ces lumières brillaient dans la nuit de noël enneigée. Elle était emerveillée.

-Oh ! Maman c'est le plus beau noël de ma vie !


                                                       ***

Son souvenir achevé, elle dut revenir à la réalité. La terrible réalité... Elle réfléchit alors sur sa situation ( car c'était la meilleure chose à faire ) Et si le joker avait raison ? Après tout, où était chapelier quand elle souffrait ? Qu'elle pleurait ? D'ailleurs, en parlant de pleurer, ça ne servait à rien... Elle se remémora une phrase de chapelier...

*-Il faut désormais oublier pour pardonner ou alors pardonner pour oublier... Tant que tout le monde est content !*

Elle devait oublier pour pardonner... Se laisser à la folie et au Joker... N'est ce pas la situation la plus raisonnable ? Sans doute non, mais que diable la raison ! Elle l'avait baillionnée, sa pitié et sa compassion avec. En éspérant juste que sa mère et chapelier lui pardonnent...Un sourire apparut sur ses lèvres. Mais pas le même sourire. Un sourire malsain.

*Comme vous le dites si bien chapelier, que le massacre commence !*

A peine, eut elle pensé cela, qu'un jeune couple bien habillé surgit du coin de la rue. Elle retint l'ébauche du geste du Joker.... Ils pourraient leur être utile... Ils les mèneraient droit au nid... Ils les suivirent donc en silence. Une soirée mondaine dans un manoir... Il fallait s'infiltrer... Mais comment ? Elle pourrai y entrer aisément ( grâce à un pins passe partout que son cousin lui avait donné, elle le remerciait d'ailleurs en silence... Mais si il savait !) Il fallait être majeur ! La poupée avait bien 19 ans, mais elle en paraissait à peine la quinzaine ! Il y avait bien un moyen de se vieillir un peu...  

Elle prit son ami par le bras et l’entraîna dans la première boutique encore ouverte au bout de la rue. Dès que la vendeuse les vit elle se mit à genoux en pleurant.

-Prenez, prenez tout ce que vous voulez mais épargnez ma vie ! Je ne suis qu'une pauvre vendeuse... Si c'est la caisse que vous voulez, elle est à vous !
-Merci, mais ce n'est pas pour ça qu'on est ici. Vous vendez bien des vêtements ici, non ?

Elle acquiesça en tremblant. La poupée se promena en sautillant dans les rayons. Des robes magnifiques... Elle les voulait toutes ! Mais ce n'était pas pour ça qu'elle était ici... Mais elle ne pouvait se résoudre à les abandonner....

-Madame ! Réservez moi ces robes, je viendrais les chercher tout à l'heure ! Vous avez pas interêt à prendre la poudre d'escampette, sinon....

L'autre en déglutit. Yume sourit, satisfaite: elle avait enfin ce qu'elle cherchait. Elle demanda à son compagnon d'attendre dehors...

Quelques minutes plus tard, elle sortit de la boutique. Ce n'était pas elle. Enfin, si, on la reconnaissait bien , mais ce n'était plus la même. Elle portait désormais une robe fourreau rouge à paillettes moulantes, mettant en valeur des formes que l'on aurait imaginé sur elle, donnant une impression de longues jambes gracieuses; des escarpins accordés ;Ses cheveux en brushing tombait en cascade sur ses épaules; légèrement maquillée, elle paraissait plus adulte, une femme mûre, une femme fatale, maginifique. La poupée transformée paraissait avant 15 au lieu de 19, désormais c'était 23 au lieu de 19. Le monde à l'envers !

Elle regarda son reflet dans la vitrine de la boutique. Elle fit une petite moue.

-Hum.... Bof ! Après cette histoire, je retourne à mes bonnes vieilles robes !

Maintenant, ils pouvaient passer à l'action. Elle arriverait avec le Joker, et... Non ! Sinon, le déguisement n'aurait servi à rien ! Alors elle s'infiltrerait seule, il débarquerait subitement et ils profiteraient de l'effet de surprise. Voilà ! Et, qu'en pensait il ?

-J'ai ma petite idée... Et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devil

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/04/2013
Localisation : Gotham City

Feuille de personnage
Points de folie: (35)
Démence:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Dim 4 Mai - 21:50

…..Elle aussi m'avait oublié, semblait-il. Immobile et gracieuse comme une statue, ses grands yeux enfantins ne regardant rien, Yume paraissait partie à des années lumière de son petit corps de poupée. Je connaissais ce regard. Souvenirs....
Peut-être verrais-je dans les yeux de Yume ses pensées défiler comme sur un écran ?
Et me voilà me plantant devant elle et scrutant ses yeux limpides comme s'il s'agissait de boules à neige. Quel abruti. Après quelques secondes d'observation, je dus me rendre à l'évidence : je ne voyais que mon reflet dans les pupilles de Yume. Celui qui a dit que les yeux étaient les fenêtres de l'âme va passer un très mauvais quart d'heure quand je découvrirais son identité.
Puis je vis une ombre passer sur son visage. La jeune femme avait quitté son souvenirs, mais était à présent torturée par une refléxion intense. Crise de conscience ? Je n'en sais rien. En tous cas, son esprit se laissa lentement glisser dans une résolution folle et délicieuse, à en juger par l'adorable sourire qui étira ses lèvres.
Nous étions ainsi, Yume souriant, la poitrine soulevée par une respiration un peu plus rapide, (et m'ignorant totalement alors que je faisais le guignol devant elle depuis dix minutes), quand un petit couple bien convenable et mondain passa devant nous. Je me retournai avec brusquerie, prêt à les faire rire un peu, mais Yume, sortie de sa léthargie, m'agrippa le bras et me fit signe de les suivre en silence. J'obtempérais, curieux de voir son plan, mais un peu vexé de m'être fair relégué au second plan par cette gamine. Ma main caressa le manche de mon couteau mais je n'en fis rien.
J'en étais là dans mes tribulations quand Yume me fit faire un virage à 180 degrés alors que je ne m'y attendais pas du tout. Je dégageais ma manche en grimaçant. Je commençais à en avoir assez d'être baladé comme un pantin. Non mais oh.
Je levai le nez vers l'enseigne clignotante du magasin. Une boutique de vêtements ? Ma parole, elle n'était pas bête, cette petite. Hors de question de m'afficher en public avec une souillon. Qu'elle ressemble à une princesse !
-Prenez, prenez tout ce que vous voulez mais épargnez ma vie ! Je ne suis qu'une pauvre vendeuse... Si c'est la caisse que vous voulez, elle est à vous !
Les jérémiades habituelles....La vie des grands criminels n'est vraiment pas facile, par moment...pas moyen de faire les boutiques tranquille. Ce boulot est vraiment un sacerdoce.
J'allais presser la petite fleur à ma boutonnière pour faire définitivement taire cette ennuyeuse commerçante mais Yume exposa notre situation avec plus de diplomatie.
-Merci, mais ce n'est pas pour ça qu'on est ici. Vous vendez bien des vêtements ici, non ?
Je laissais Yume explorer les rayons féminins et allais jeter un coup d'oeil aux costumes et aux nœuds papillons. Je suis un homme portant un soin extrême à son apparence.
J'entendis la voix flûtée de mon associée du jour résonner à travers le magasin, et c'était drôle comme tout, cette petite voix claire de fillette qui gueulait des ordres d'un ton si impératif que la vendeuse s'éxécutait en tremblant.
-Madame ! Réservez moi ces robes, je viendrais les chercher tout à l'heure ! Vous avez pas interêt à prendre la poudre d'escampette, sinon....
Puis elle pivota sur elle même et m'enjoignis gentiment de l'attendre dehors. J'attendis sur le trottoir et descendis un passant obèse pour lui piquer son sandwich et réduire le taux de surpoids dans le monde. Ne me remerciez pas, c'est tout naturel pour moi de veiller à la bonne santé de mes concitoyens.
J'avais fini le sandwich et je commençais à m'ennuyer quand Yume sortit enfin de la boutique.
Je ne suis pas habitué à faire les yeux du loup dans Tex Avery dès que je vois une femme passer à côté de moi, mais je sais reconnaître une beauté quand j'en vois une. Vicky Vale, Harleeen Quinzel, on ne peut pas dire que j'ai mauvais goût, non ?
Il me semble vaguement qu'il y en a eu une autre....avant.....mais je me souviens pas....quelle importance.....
Bref. Le fait était que cette petite Yume était littéralement métamorphosée. De mignonne et divertissante petite poupée, elle était devenue une femme fatale, une créature magnifique et désirable, moulée à tomber dans une robe rouge, d'un beau rouge flamboyant, et je dois bien avouer que je ne voyais qu'elle, et ses courbes ravissantes, et son minois qui clochait étrangement avec sa tenue. Elle était belle !
Elle se regarda dans la vitrine avec une petite moue adorable qui me donna envie de la découper toute vive.
-Hum.... Bof ! Après cette histoire, je retourne à mes bonnes vieilles robes !
Provoc ?
-J'ai ma petite idée.... et vous ?
Avec tout ça j'avais presque oublié notre plan. C'est sûr, les hommes ne regarderaient qu'elle ! J'aurai le champ libre pour faire une entrée spectaculaire. Quoique je ne pourrai m'empêcher de lorgner ma partenaire. Aaaah, vraiment, quel artiste je suis. Toujours dans la beauté, la magnificense, l'art, quoi.

-Allons-y, répondis-je. Tu entreras en première, par la grande entrée, et je compte sur toi pour faire tourner les têtes. Sers toi en champagne et en caviar, c'est moi qui régale. Et ça, c'est pour après. Si tu veux t'amuser.
Je lui tendis avec un gracieux sourire un de mes pistolets avec le drapeau « BANG » qui sort en premier et le coup qui part après. C'est un de mes classiques mais ça m'éclate toujours.

Je pris galamment Yume par le bras pour suivre le jeune couple de tout à l'heure.
ça allait être une belle soirée. Une soirée...mortelle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Dans un lieu peu fréquentable

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Mer 7 Mai - 14:51

Pendant qu'elle parlait, elle avait bien sentit le regard de son compagnon se promener tout le long de son corps. C'était étrange, très étrange. Mais pas désagréable. Pour dire vrai, pour les autres ce n'était qu'une enfant, une petite poupée que l'on aime bien, mais son aspect enfantin donne un sentiment de sympathie plutôt qu'autre chose. Le fait de se faire désirer était pour elle une sorte de victoire. Il finit par se "réveiller" de la sorte de "fantasme" dans laquelle il s'enlisait.

-Allons-y, répondit-il. Tu entreras en première, par la grande entrée, et je compte sur toi pour faire tourner les têtes. Sers toi en champagne et en caviar, c'est moi qui régale. Et ça, c'est pour après. Si tu veux t'amuser.

Yume garda son sourire et se saisit de l'arme à feu. Elle s'en doutait. S'était bien son genre de donner des armes aux autres, surtout pour "s'amuser". Et elle avait bien sûr prévu un endroit parfait pour ce joyau: glissé entre sa cuisse et la fine lanière de cuir, prévue à cet effet, située à l'endroit de la fente de sa robe. Sans quitter son sourire mortel, elle accepta le bras de son ami et, ensemble, se dirigèrent vers leur nouveau terrain de jeu.

                                                          ***
C'était à elle. Tout les projecteurs étaient braqués sur elle. Elle n'avait pas le droit à l'erreur. Heureusement, elle avait déjà vu défiler des femmes fatales et savait imiter leurs démarches à la perfection. Elle s'avança vers le videur. Dès qu'il la vit, il ouvrit grand la bouche, béa et il la fixait. Amusant. Elle constatait bien la stupidité des hommes de ce monde, qui ne regardaient que son physique avantageux, sans réellement vouloir la connaître. Elle lui fit un clin d’œil, il semblait fondre comme de la neige au soleil lui laissant une place pour passer et en prime, il lui tenait la porte. Elle n'avait même pas eu besoin de sortir son pins. Cool.

Evidemment, quand elle entra dans la salle de réception dorée, tout le monde se tut. La totalité des hommes s'étant retournés vers elle, la même tête que celui de tout à l'heure, leurs compagnes leur donnant des coups de coudes ou leur écrasant le pied, au choix. C'était si amusant: ah, si ils savaient... Elle sourit malicieusement en se dirigeant vers le buffet, suivie par les hommes agglutinés tels des abeilles autour du miel.

Elle se fit, comme vous vous en douter servir par un admirateur son champagne. Elle s'était pourtant promis de ne plus toucher à l'alcool... Et puis zut ! Le chapelier n'était pas là pour lui faire la morale et puis, un peu de temps en temps, ça ne faisait pas de mal ! Il suffisait d'en prendre avec modération... Après tout, elle voyait tout le temps son cousin en prendre sans jamais se soûler, elle ferait de même... A part si elle ne supportait pas l'alcool...

Au final, ça passa très bien et pas une grimace, rien. Elle appréciait cette boisson raffinée. Elle répondait à chaque question, gardant son charme et sa part de mystère. Elle y mettait de temps en temps un peu de caractère, d'insolence ça les rendait fous. Elle se rendait compte qu'elle avait en main toutes les cartes, tout à sa disposition sauf qu'elle n'avait rien utilisé, ça ne collait pas à sa personnalité. Tantôt on l'invitait aux réceptions privées de leur organisation, tantôt on voulait en savoir plus sur elle. C'était certes distrayant mais elle se lassa vite. Elle se dirigea vers un groupe de femmes belles, mais qui semblaient fanées par rapport à elle. Elle les avaient remarqués car elles chuchotaient en la fixant, parlant dans son dos.

Une au centre, la regardait avec beaucoup plus de haine que les autres, Yume en déduit donc qu'elle était avant elle la reine de la soirée, s'étant fait détrônée par cette inconnue sortie de nul part. Haha.... Bref, quand elles les virent arriver ( Yume et les hommes ) Par réflexe, elles prirent un grand sourire ( absolument pas sincère et hypocrite ) et se mirent à la complimenter sur sa tenue alors, qu'au final, elles espéraient qu'elle s'en aille. Voir leur petit jeu désespéré était des plus divertissant. Puis, un des hommes l'invita au billard. Problème ? Elle ne savait pas y jouer.

Elle prit sa coupe de champagne et re-but. Comment allait elle faire ? Elle accepta mais s'en faisait: sa couverture pourrait être compromise. Elle se saisit de la sorte de canne qu'on lui tendait. Elle semblait parfaitement naturelle, détendue mais en son fort intérieur, elle paniquait. Et bien sûr, comme par hasard, elle commençait ! Elle se souvint comment prenaient son cousin et son père ce bâton quand ils y jouaient ensemble et qu'elle lisait dans le fauteuil.... Comme ça... Voilà !

-Oh ! Mais nous avons affaire à une professionnelle, je vois !

*Oh, non, pas du tout !!!*


Elle frappa. Quelques billes colorées tombèrent dans un des trous sur les côtés. Zut ! Elle se mordit sa lèvre de l'intérieur. Ça y est, c'est la fin... A son plus grand étonnement, les autres applaudirent autour d'elle.

-Oh, bravo, très joli coup !
-C'est rare qu'une femme joue aussi bien !

Quoi ? Elle avait gagné ? Elle n'y comprenait plus rien....

-Oh, vous savez j'aurai pu faire mieux...

La réponse qui marche à tout les coups. Si jamais elle avait vraiment fait un coup magnifique, elle serait modeste et si ils se fichaient d'elle et bien... cette phrase serait vraie. La partie continua. Par pur hasard et pure chance, elle remporta cette partie "haut la main".... Même en observant les autres, elle n'avait pas deviné les règles du jeu... Faudrait vraiment qu'on lui explique un jour....

Nouvelle tournée de champagne et de caviar pour fêter sa victoire. Ah, ces riches, ils fêtaient vraiment n'importe quoi... Alors que les pauvres meurent de faim dans les rues... Quel gâchis. Elle était elle même riche, mais ne se considérait pas comme tel, elle aimait l'aventure et la simplicité. Mais ce soir, en tout cas, elle l'était. Et il fallait avouer qu'être au centre de tout était assez plaisant, de temps en temps.

Mais elle commençait à s'ennuyer. Elle s'était lassé de ses petits jeux et son pistolet lui démangeait. Quand passeraient ils à l'action ? Elle jeta un œil à la grande fenêtre. Il était là. Pourquoi ? La regardait il ? Vouloir voir comment elle s'en sortait ? Tout de même est il qu'il était là. Elle lui lança un regard qui voulait dire: " Quand est ce que tu arrives ? Je m’ennuie moi ! C'est devenu lassant tout ça !" Avant de se détourner pour ne pas éveiller les soupçons. Ça serait dommage que quelqu'un annule la fête avant qu'elle ne commence !

_________________

Une petite poupée dans un monde d'adulte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Full Moon Walk
Admin
avatar

Messages : 523
Date d'inscription : 01/04/2010
Age : 21
Localisation : Derrière mon ordinateur, assis à mon bureau.

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   Lun 16 Juin - 9:26

"On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham..." est donc terminé, suite à l'abandon du Joker pour des raisons personnelles. Félicitations pour ce rp, j'aurais beaucoup aimé connaître la suite et la véritable fin, mais on n'y peut rien, c'est ainsi!
Nous pouvons conclure cette histoire inachevée comme ceci: il est sage d'assumer que le Joker, dans une de ses folles lubies, oublie complètement sa charmante amie et décide de l'abandonner en se dirigeant vers d'autres occupations meurtrières. Yume est bien entendu très déçue. Elle ne peut pas passer à l'action toute seule, et elle quitte donc la soirée sans avoir pu s'amuser davantage.


Récompenses:

- 6 points de Folie chacun (mise à jour dans votre feuille de personnage, par un modérateur)
- Titre Inaugurateurs (pour Yume)
[Vous avez inauguré l'un des cinq mondes]
- Titre Ami de l'Au-delà (pour le Joker)
[Vous nous quittez de votre plein grès, mais grâce à la magie du vaudou, un lien subsiste entre nos âmes!  Very Happy ]



Classification:

Acte I - Gotham City (1)

_________________
Je suis le Baron Sanglant, seigneur taciturne de ce manoir et grand amiral des noires pensées.
Mon avatar est un cadeau très généreux de la part de la talentueuse artiste qu'est Emily, n'hésitez pas à visiter son deviant art !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://folienoireblog.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On peut croiser toutes sortes de gens, le soir à Gotham... [Gotham N°1]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trois sortes d'amis sont utiles. Un ami droit, un ami fidèle, un ami cultivé ♣ L. Grimes & S. Gomez PRIS
» La ville est un écrin qui cache toutes sortes de surprises. {Pv René
» Les différents types de zombies
» Boite de Night ~ [LIBRE]
» SIR ANTON HOLMES + j'ai toutes sortes d'appétits.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Burtonmania :: Section HRP :: Cave :: Sujets achevés-
Sauter vers: