Forum de jeux de rôles inspiré par l'univers de Tim Burton
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Echelle sociale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Holly

avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation : Londres

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Echelle sociale   Sam 22 Mar - 19:41

De son crayon, Holly noircissait les pages de son carnet. Elle s’arrêta pour masser sa main, à laquelle elle venait d'avoir une crampe. Dès qu'elle le pouvait, Holly se défoulait sur du papier en maudissant ces foutus riches. * à quoi bon noter ces idioties sur du papier... de toutes façon, ça ne marche pas... je me demande même pourquoi je n'ai toujours pas rendu ce livre sur la magie noire... * Elle referma son journal, avec la certitude que demain, elle le rouvrirait et notera encore une fois tous ces symboles, puis le refermera en ayant la même pensée... c'était tout jours pareille... Holly ne regrettait en rien d'avoir emprunter un tel ramassis d'idioties à la médiathèque, l'hiver dernier. Dans l'internat dans lequel elle est censée être à cet instant précis et non dans ce parc, il n'y avait que des livres comme "comment gérer son entreprise" ou encore "l'argent et les bénéfices"... rien de bien passionnant pour une jeune fille comme l'aîné des Udson. Fatiguée, elle s'allongea. La lune brillait, au dans le ciel. Il était tard et la nuit s'annonçait glaciale. Tant pis, c'était toujours que de partager sa chambre avec Ashley Ells. Cette petite peste lui tapait sur le système.. Tiens, elle sentait quelque chose dans son dos... un caillou ? Non, un simple briquet... Elle actionna le mécanisme. Une petite flamme surgit. Cette petite lueur lui réchauffa le cœur. Elle se sentait un peu comme... la petite marchande d'allumette. Espérons qu'elle ne meure pas... l'air était froid, mais sûrement pas autant que dans ce sinistre conte. D'ailleurs... on dit que le vent chante, mais cela l'étonnait que la mélodie soit si distincte. Une jeune fille en robe bouffante sautillait en chantant. A ses vêtements, on savait d'avance qu'elle ne faisait partie ni de l'internat Bridgeston (celui dans lequel elle est) ni dans aucun autre... elle sort trop du cadre... Pas comme elle... pourquoi avait-elle une peur bleue de parler en public ou de se faire remarquer, ce n'était pas ci terrible, après tout ! Par précaution, Holly descendit de la structure sur laquelle elle était perché, pour aller passer sa nuit ailleurs. On ne sait jamais, dans ce monde, on ne peut faire confiance à personne... Si jamais quelqu'un la surprenait dehors à une heure si tardive, elle serait renvoyée et serait contrainte de retourner chez ses parents: en enfer... Elle écarta quelques branches de son passage. Elle sentait un pesant regard sur elle... vraiment très très étrange... Enfin, en général, à part elle, à cette heure-ci de la nuit, il n'y avait personne dans le parc. Devant elle, se dressait un énorme chêne. La fierté du parc, qui portait le nom de cet arbre. Elle l'escalada et s'allongea sur l'une des plus épaisses branches quand quelqu'un l'interpela. Par réflexe, Holly se plaqua contre le tronc. Réflexe inutile, vu qu'elle était déjà cramée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles-Henri

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation : Londres, dans une résidence privée

Feuille de personnage
Points de folie: 30
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
110/1000  (110/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Sam 22 Mar - 20:30

L'air est frais ce soir, parfait pour une promenade. D'ailleurs, j'ai la brillante idée d'emmener ma cousine faire un tour en ville... Il paraît qu'elle sort seule la nuit, elle est mieux avec moi qu'avec ces mendiants des rues répugnants et sales. Qui sait ? Ils ont peut-être la peste ? Nous marchons, il fait plutôt frisquet pour une soirée d'hiver. Ma tenue n'est pas adéquate, dommage. Mais au moins je suis présentable. L'aspect physique a énormément d'importance, elle peut permettre de distinguer les ploucs des génies. Yume baille. S'ennuie elle avec moi ? Impossible, qui pourrai s'ennuyer avec une personne si exceptionnelle et intelligente que moi ? 

Cet endroit me paraît... familier. Y serai je déjà venu ? Oui, je suis sûr que j'y ai déjà mis les pieds.Une vague de souvenirs: mon ancien internat, là où j'y ai passé nombreuses années de ma vie. De bons souvenirs, mis à part le vulgaire porc écervelé qui me servait de colocataire. Nos parents étant des partenaires commerciaux, je m'efforçais d'être "ami" avec lui, mais il me dégoûtait. Sinon, j'y étais le maître. Tout et tous m’appartenaient, me respectaient. Quoique ça n'a pas tellement changé: c'est pareil sauf.... qu'il y a une personne que je ne peux atteindre. Qui ne m'appartiens pas. Yume. Aussi insaisissable qu'une plume, quand je crois  enfin l'attraper elle m'échappe. Mais ce n'est qu'une question de temps avant que... Mais où est elle passé ?

Elle a encore disparu. Où peut elle bien être allée ? Je me suis laisser distraire ! Honte à moi. Tout d'abord, je replace la mèche qui me tombe au visage (il faut être classe en toutes circonstances, darling !) et me met à sa poursuite. Heureusement pour moi, je connais cet endroit comme ma poche, depuis le temps. Si j'étais elle où serai je allée ? Difficile de lire dans l'esprit d'une personne a moitié folle. Mais je sais qu'elle aime les endroits ouverts et la nature. Le parc. Ah, mon sens de la déduction me fascine parfois...

Je marche dans le parc. Je n'aime pas vraiment ce genre d'endroit, je les trouve... répugnants. Les animaux qui font leurs besoins, les délinquants... Je ne comprend toujours pas les goûts de ma cousine, décidément. Aucune trace d'elle pour le moment. Une ombre dans l'arbre. Oh, Yume tu es si prévisible ! Tu es à moi désormais ! Je suis un peu étonné de son agilité, je dois reconnaître. 


- Chère ! Redescendez je vous prie, il n'est pas convenable de....

Je me stoppe net. Comment ? Ce n'est pas elle. Comment est  ce diable, possible ? Qui peut être assez tordu pour faire ce genre de choses ? La jeune rôdeuse se cache derrière l'arbre. Ridicule ! Je l'ai déjà repérée, a quoi bon se cacher ? Suis je si impressionnant que cela ? Elle ne m'est plus d'aucune utilité désormais... A moins qu'elle n'ai vu quelque chose perchée dans cet arbre... Je ne pensais pas que j'interrogerais une mendiante un jour... Mais minute papillon, elle me dit quelque chose... Un vague souvenir... Elle est dans mon "ex-internat". Que vient faire une personne de son rang ici ? C'est un peu clair... Mais oui, c'est cette fille qui me regardait l’œil mauvais dans les couloirs... Surement jalouse... Comment s'appelait elle déjà ? Un nom en "i" je crois...


-Oh ! Comme on se retrouve ! Quel est ton nom déjà ? Annie un truc dans ce genre... Après tout quelle importance ? Qu'es tu devenue depuis ? Moi, je me porte à merveilles, comme tu le vois ! Au sommet d'une entreprise avec une fiancée fidèle.... La vie rêvée quoi ! D'ailleurs, en parlant de ma fiancée, ne l'aurais tu pas vue ? Tu ne pourrai pas la rater, ses vêtements sont très.... spéciaux.

Je suis courtois et poli, j'aurai surement une ou deux choses intéressante. Je suis curieux de voir quelle vie cette "boueuse insignifiante" mène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Holly

avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation : Londres

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Dim 23 Mar - 18:41

*Quoi ? Annie ? Pas d'importance ? Espèce de... de... de riche ! Sale fils à papa ! Une fiancée ? Oui, évidement que je l'ai aperçu, mais je ne te le dirais pas ! Quel est l’intérêt de la marier de force ! Jamais elle ne t'aimeras, comment le pourrait-elle ? Tu es si... insignifiant... minable... inférieur... GRRRRR... on se calme, on reste polie, souriante... Mais ce n'est qu'un sale gosse ! Stop ! Zen... Keep cool... je ne suis pas censée être ici... on répond... et surtout, intérioriser...* Holly affichait maintenant une grimace. C'est ce qui arrive quand on contient ses émotions... on finit toujours par faire une tête bizarre. Elle arriva tout de même à articuler :
- Vous devez faire erreur... Je... m'appelle euh... me prénomme Ho... Holly. Et il se fait tard et il serait préférable de rentrer... à cette heure-ci de la nuit... tant de personnes indésirables traînent dans les rues... et je ne dis pas seulement ça pour vous... NON ! euh...
Elle plaqua sa main contre sa figure. "Quelle idiote" pensa-t-elle. Holly descendit de l'arbre et entama la courte route jusqu'à son établissement. Elle accéléra le pas. *Mais pourquoi il me suit ? Non ! Mais lâche-moi ! Je sais... je tourne...* Où était-elle ? Zut... elle n'avait jamais parcouru les ruelles de l'est. Et lui qui la suivait toujours ! Elle marchait de plus en plus vite. *Non... au secours ! Pourquoi ce vantard me suit-il encore ? Si il reconnait mon uniforme je suis foutu... au pire je met le feu à ses cheveux... ah mais non... je passerai pour une pyromane... zuuuuut ! AAAAH non... une impasse... tant pis, j'escalade le mur...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Près du bar

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Lun 24 Mar - 9:55

Pourquoi fallait il passer sa soirée avec son cousin enquiquineur alors que l'on pouvait chercher le Wonderland...? Yume perdait du temps, elle le savait. Elle était d'une humeur exécrable. Que faire pour lui faire comprendre qu'elle ne voulait pas...? Bailler pour exprimer son ennui sans bornes ? Exécution. Rah ! Il faisait la sourde oreille, le fourbe ! Tiens ? Pendant un instant, il semblait comme... perdu dans ses pensées. Yes ! Une chance inespérée ! Doucement... s'éclipser.... discrètement... Oui !!! Enfin libre ! Hors de danger ! Sa mauvaise humeur envolée, la poupée se dirigea en courant vers le parc. Elle aimait ce genre d'endroits, elle s'y sentait proche des gens et de la nature. Où pourrait elle bien aller ce soir ? Son rire cristallin s'éleva dans le vent frais du soir. Elle se sentait... Libre, comme délivrée d'un immense poids ! C'est sûr que sans Charles-Henri.... 

Elle n'eut pas le temps de continuer cette réflexion intense, qu'une voix bien trop familière à son goût retentit dans le silence comblé par les dernières cigales de l'hiver et le brouhaha de la ville. Charles-Henri. Il était là pour elle. Il ne lâchait jamais l'affaire celui-là ! A la vitesse de la lumière, elle se jeta dans le premier buisson à sa portée. De sa plus ou moins bonne cachette, elle gardait un œil sur la scène. Il regardait l'arbre, s'adressant à quelqu'un qu'il croyait apparemment être elle. Elle était trop loin pour l'entendre. Une petite discussion. Un haussement de sourcil. Et hop ! Une fille sauta de l'arbre et s'en alla en courant. Et bah dis donc... Quoi ? Pourquoi la suivait elle ? Serait il un...pervers ? En tout cas, la fille était en danger. Il fallait la sauver ! 

                                             ***
La fille était coincée dans une impasse. C'était le moment. Il fallait agir. Le justicier de la nuit en action. Aussi puissant que les Ouragans ! Tiens une rime... Avec une agilité hors-du-commun elle sauta du toit sur lequel elle les avait suivis et atterrit entre les deux jeunes gens. Elle se toisa son cousin, dédaigneuse, et lui lança avec tout le dégoût dont elle était capable:

-Déjà que je ne vous appréciais pas beaucoup, alors là... ! Vous venez de chuter dans mon estime, et ce, pour toujours ! Je ne vous aurais jamais cru capable de ce genres de... choses !

Elle lui tourna les talons, se fichant bien de la peine que ses mots pouvaient lui causer. Elle pensait et connaissait l'ampleur de chacune de ses paroles. Elle saisit le poignet de celle qui aurait pu être la victime du vicieux, et sauta par dessus le mur avec elle. Elle l'emmena ensuite dans une cachette sûre pour le moment. La poupée lui fit un sourire réconfortant et lui demanda avec douceur, pour ne pas la brusquer:

-Est ce que ça va ? Ne t'inquiètes pas, je ne le laisserai plus t'approcher ! Dis moi, Comment t'appelles tu ? Moi, c'est Yume, enchantée de te rencontrer, même si  j'aurai préféré dans d'autres circonstances.

Elle n'eut pas le temps de dire autre chose qu'une odeur sucrée et familière lui chatouilla les narines. Serai il possible que... Yume obtint sa réponse quand elle aperçut sa pastècopathe préférée, au coin de la rue, visiblement perdue. 

-Suika ! 

L'intéressée se retourna, surprise. Elle vint à la rencontre des deux fugitives en courant.

-On se croise partout ma parole ! Qu'est ce que tu fais là ? Elle ajouta une dernière chose à la personne qu'elle venait de sauver. Ne t'inquiètes pas, elle ne te fera pas de mal, même si elle le voulait. On est pas au pays des bisounours ici, c'est sûr. Je ne te peux pas te dire qu'elle est gentille, ce n'est pas une sainte mais... Je dirai que tu peux lui faire confiance.

_________________

Une petite poupée dans un monde d'adulte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suika

avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 22/01/2014
Localisation : au beau milieu d'une horde d'idiots

Feuille de personnage
Points de folie: 39
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Dim 30 Mar - 18:14

Une fois de plus, grâce à mon extraordinaire sens de l'orientation, me voilà je ne sais pas top où... Je marche, sans destination... Comment-ai-je atterri ici ? Aucune idée... Cette ville m'est inconnue. Qui pouvait faire autant de raffuts à cette heure ? D'habitude la nuit est calme, les gens dorment. Pas aujourd'hui apparemment. Un chant. Un chant assez familier, même. Et puis, l’architecture me rappelle quelque chose, mais quoi ? J'arrive dans une allée bordée de buissons et d'arbres.

- Suika !

Je me retournait, surprise. Je reconnue Yume et m'avançait. Tiens, elle s'était fait une nouvelle amie ? Yume prononça quelques paroles à son intention et se retourna vers la petite qu'elle semblait vouloir protéger.

-On se croise partout ma parole ! Qu'est ce que tu fais là ?
(puis à l'autre fille) Ne t'inquiètes pas, elle ne te fera pas de mal, même si elle le voulait. On est pas au pays des bisounours ici, c'est sûr. Je ne te peux pas te dire qu'elle est gentille, ce n'est pas une sainte mais... Je dirai que tu peux lui faire confiance.

Sympa... Drôle de comparaison... Bon, au moins, je ne suis plus seule. Après cette rapide présentation, on me colla le sale boulot : chasser un certain psychopathe qui était derrière le mur et qui parlait fort. J'escaladais le mur et sortis une de mes Bomber-Melon que, entre temps, j'avais appris à fabriquer. Bizarrement, le garçon blêmit puis détourna les yeux en rougissant. Bon, pas grave... Ce sera d'autant plus facile d’abattre un adversaire qui ne la regarde pas.

* * *

Deux minutes plus tard, j'étais couverte du sang de "l'agresseur" de la protégée de Yume. Me désolant sur la faiblesse des hommes de ce monde, je remarquais un anneau à l'annulaire de ma victime. *Bah, ça ne lui manquera pas... c'est hyper-moche son truc... Par contre, je pourrais garder la pierre, elle est jolie.* Je lui pris le bijou et le tournais entre mes doigts. Des inscriptions était gravée dessus. Intéressant. "Charles-Henri + Yume = ♥". Elle souleva le dénommé Charles-Henri et le balança de l'autre côté du mur qu'elle avait escaladé quelques minutes auparavant avant de le rejoindre.

- Yume ! Tu aurais pu me prévenir que tu voulais que je tabasse ton fiancé ! En plus, il pourrait être super utile ! On le garde encore un peu et je le tue quand on en a plus besoin !

La jeune fille aux cheveux noirs était à présent pâle comme un linge. Aurais-je dis quelque chose susceptible de la choquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles-Henri

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation : Londres, dans une résidence privée

Feuille de personnage
Points de folie: 30
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
110/1000  (110/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Dim 20 Avr - 7:19

Mon ange, mon trésor, mon adorable poupée, Yume... C'est un terrible malentendu ! Ne me quitte pas ! Je ne peux escalader ce mur mais... Il y a t'il un moyen de le contourner ...? Ha... Tiens quelqu'un escalade le mur ! Ah, pourquoi ai je douter de moi ? Bien sûr, elle revient s'excuser, c'est elle en tort et non moi ! Qu'est ce qui diable m'a pris ? Minute... Ce n'est pas Yume ! Je l'ai déjà vu... Quand elle s'enfuyait avec cet homme chat et ma jolie fiancée... Et c'est elle qui m'a lancé de la neige en plein visage ! 

AAAAAH ! DAMNATION ! HORREUR ! Quelle est cette tenue ci... indescente ? Où est son pantalon ? Elle n'est vêtue que d'une simple chemise ! D'ailleurs, elle devrait porter une robe, les chemises sont réservées aux hommes ! Mais bon, les mendiants se débrouillent avec ce qu'ils ont ! Plus que gêné et choqué, je détourne évidemment les yeux, je ne suis point un voyeur, pas comme ma très chère Yume me voit à présent... Mais que fait elle ? Elle me frappe ! Quelle violence ! C'est un démon ! Mais le code m'interdit de frapper une femme ! Un peu plus tard, je baigne dans mon propre sang... Quelle sauvage !

Elle me fouille. Malheureusement pour elle, je n'ai rien sur moi qui puisse lui servir de repas... Oh non ! Pas mon anneau ! Tout sauf ça ! Tout sauf mon précieux anneau ! Elle me le dérobe, étant trop faible à présent, je ne puis résister...

-Rendez.... le .... moi ! Avez vous.... conscience.... de la gravité de vos... actes ? Mon.... père vous.... vous.... fera regretter...  cet ... affront ! Avez vous..... idée....  de qui .....je suis ?

Apparemment, elle ne m'entend pas, regardant ma propriété avec un grand intérêt. Sait elle lire ce qu'il y a dessus ? N'est elle point illettrée ? On dirait bien que non. Les mendiants m'épateront toujours... Comment peut on apprendre à lire à ses enfants alors que l'on peine à se trouver de la nourriture potable ? Ou alors cette enfant a espionner une école pour apprendre les bases... Je n'ai pas le temps de continuer cette intelligente, remarquable et intense réflexion que l'intéressée me jette brutalement par dessus le mur qui quelques minutes auparavant me paraissait infranchissable.

Le choc est brutal et j'entend un craquement indistinct. Serai je atterri sur un tas d'ordures..? En tout cas, après toute cette histoire je passe chez le teinturier ! Ou alors serai ce deux de mes cotes s'étant brisées lors de la chute .. ? Ça ne m'étonnerai pas, la douleur de la plaie n'étant pas suffisante, il fallait rajouter celle de la chute ? J'essaye avec difficultés de me relever, m'appuyant au sol. J'ai surement l'air d'un misérable ainsi... Je lève la tête et...

Oh ! Est ce possible ? Serai je au paradis ? Au dessus de moi, le  si doux visage de ma bien aimée, dont les deux pommettes se soulèvent gracieusement. Elle sourit. Elle me sourit. Pour la première fois. Celui qui n'était qu'aux autres, celui que j'avais tant et si ardemment désiré... Il est là, bien réel et juste et rien que pour moi.

Je reprend soudainement mes esprits et la réalité me fait l'effet d'une douche pire que glacée: elle sourit parce que je suis à moitié mort. Elle est heureuse de mon malheur et de mon infortune.... Ah, tristesse... C'était magique, beau, si beau pour être vrai.. J'aurai du m'en douter... C'était pourtant si prévisible... Je referme immédiatement la bouche, j'avais l'air surement du roi des idiots, ce que je ne suis en aucun cas et absolument pas.

Mon agresseuse, mon bourreau, appelez ça comme vous voulez, n'a pas l'air contente, elle. Elle a même l'air furieuse. Elle s'adresse à ma cousine en des termes bien précis et bien posés:

- Yume ! Tu aurais pu me prévenir que tu voulais que je tabasse ton fiancé ! En plus, il pourrait être super utile ! On le garde encore un peu et je le tue quand on en a plus besoin !


De plus le véritable auteur de mes souffrances est ma fiancée... Douce ironie... Mais ce n'est pas ce qui m'inquiète le plus: "me tuer" ? Je refuse de mourir, encore moins par les mains d'une mendiante femelle ! Je saurai me défendre ! Le code interdit de s'attaquer aux femmes mais quand elles sont des démons et qu'elle veulent vous tuer, c'est de la légitime défense, non ?

En tout cas, Ann.... Holly est la seule a avoir une réaction normale: elle a l'air tétanisée. C'est assez compréhensif... Ma Yume garde son si doux mais empoisonné sourire, et la mendiante... ça ne lui fait ni chaud ni froid.


-Excusez moi.... mais je ne comprends pas...... je... ne .... vois....  pas comment je pourrai.... vous être utile... Pouvez vous éclairez ma lanterne...

Je suis courtois avec la cause de ma souffrance.... Mais il faut bien ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Holly

avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation : Londres

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Jeu 1 Mai - 14:38

La jeune fille qui chantait dans le parc atterrit juste entre nous deux. Mais d’où venait-elle ? Elle n'avait pas pu sauter du toit d'une maison, de toute façon, alors d’où sortait-elle ? Elle toisa son cousin d'un air dédaigneux et lui lança avec tout le dégout dont elle était capable :

-Déjà que je ne vous appréciais pas beaucoup, alors là... ! Vous venez de chuter dans mon estime, et ce, pour toujours ! Je ne vous aurais jamais cru capable de ce genres de... choses !


Une odeur sucrée flottait dans l'air. Yume tourna la tête et cria un nom, assez étrange, dois-je dire... Mais, jugez par vous-même :

-Suika !

L'intéressée se retourna, surprise. Elle vint à la rencontre des deux fugitives en courant.

-On se croise partout ma parole ! Qu'est ce que tu fais là ? Elle ajouta une dernière chose à mon attention. Ne t'inquiètes pas, elle ne te fera pas de mal, même si elle le voulait. On est pas au pays des bisounours ici, c'est sûr. Je ne te peux pas te dire qu'elle est gentille, ce n'est pas une sainte mais... Je dirai que tu peux lui faire confiance.

Bizarrement, cela ne me rassura pas plus... ça eu même l'effet inverse, pour tout dire... Ce qui m'inquiétait le plus, c'était surtout ce que demanda ma sauveuse à cette... euh... fille ? "Suika, je t'explique, avait-elle commencé, c'est très simple, il faut que tu ailles chasser l'homme qui parle fort et qui est derrière ce mur". D'une manière agile, la fille vêtue de pastèques escalada le mu de béton. J'entendis un son sourd, un peu comme une bombe, en fait, ce qui eu pour effet de me faire sursauter. Des gémissement, des cris de douleur. Je m’agrippait de plus en plus fort au charmant chemisier de soie de la fille à l'allure de poupée. Puis, le silence. Le silence complet... Encore plus angoissant que les geignement du pauvre jeune homme, surement en train d'agoniser dans une marre de sang... quelle horreur... Les minutes se succédaient. Que se passait-il de l'autre côté de cette barrière ? Soudain, un corps fut balancé à nos pieds. Suika Atterrit juste après, tous près du pauvre cousin (même si mon hypothèse n'est pas sûre), couverte de sang. Mais pas du sien, apparemment.

- Yume ! Tu aurais pu me prévenir que tu voulais que je tabasse ton fiancé ! En plus, il pourrait être super utile ! On le garde encore un peu et je le tue quand on en a plus besoin !


Je pâlis. Le tuer ? C'est une folle ! Je rêve... Non, c'est pas possible... Elles sont toutes les deux aussi folles l'une que l'autre... La fille poupée a demandé à cette espèce de... psychopathe de tabasser son fiancé ? Mais... Si c'est son fiancé, elle ne peut pas être sa cousine... Je ne comprend plus rien !C'en était trop ! Il était hors de question que je reste une minute de plus avec ces malades mentaux. Il faut les faire interner, ces gens là, ils nuisent à la société !

-Excusez moi.... mais je ne comprends pas...... je... ne .... vois....  pas comment je pourrai.... vous être utile... Pouvez vous éclairez ma lanterne ?

Une faille dans leur attention, c'était l'occasion inespérée. Je me remis debout et courus vers l'internat.

***

Quel soulagement en voyant le bâtiment qu'à l'habitude j'aurais trouvé sinistre, à quelques mètres de moi. Alors, l'aile sud... et... l'arbre. Avec autant de mal que d'habitude, je me hissais sur l'arbre. J'avançais avec une lenteur phénoménale. J'entourais l'arbre de mes bras pour ne pas tomber. Enfin, J’atteins la fenêtre de ma chambre. Ayant prévu que quelqu'un trouverai ça louche si il trouvais la fenêtre ouverte en pleine nuit et un coussin sous ma couette (que j'avais placé pour faire croire que je dormais, en boule, sous ma couverture), j'ai placé, par pur précaution, une brindille juste en dessous de la fenêtre (mot que je répète beaucoup, j'en conviens) avant d'abaisser celle-ci, pour pouvoir la soulever de l'extérieur, quand je devrai renter (chose que j'avais eu raison de faire).

- Puis-je savoir ce que tu fais ? Non, en fait, je ne veut rien savoir. Tu va avoir de gros ennuis, j'ai déjà tout raconté aux professeur. Bon courage, ma chère. Hahaha !

Ashley...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Près du bar

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Jeu 1 Mai - 16:18

Héhé.... C'était si drôle de voir son cher cousin à terre, agonisant... Elle ne comprenais rien à ses gémissements mais comme elle s'amusait ! Quelle distraction géniale ! Qu'est ce que sa victime en pensait ? Eh ? Elle disparaissait au coin de la rue ! Zut ! Ils l'avaient effrayée ! Ni une ni deux, elle s'élança à sa poursuite et elle fut bientôt à ses côtés, sans qu'elle s'en aperçoive. ( vu le nombre de rps ou elle coure... Elle est musclée !)

Elle se glissait entre les arbres, puis, à un moment grimpa sur l'un d'entre eux. A ce moment, sa poursuivante se rendit compte qu'elle était dans un internat. Pas n'importe quel internat. L'ancien de son cousin. Une ancienne amie ou camarade de classe....? Hum, intéressant.... Pourquoi ne pas les mettre ensembles ? Ils seraient heureux et elle débarrassée d'un lourd fardeau donc elle le serait aussi. Et pour le mariage, pas de problèmes, vu l'internat que ses parents lui payaient. Elle ne pensait pas à mal. Elle était un peu égoïste mais persuadée qu'elle pourrai voir du bien en son snob de cousin, là où elle, Yume, n'en verrai jamais.

Elle se glissa dans une chambre, surement la sienne. La poupée se glissa alors dans l'arbre, elle était assez intéressée par ce qu'elle faisait. Soudain, une horrible voix, genre mijaurée, extrêmement désagréable grinça dans le presque silence:

- Puis-je savoir ce que tu fais ? Non, en fait, je ne veux rien savoir. Tu va avoir de gros ennuis, j'ai déjà tout raconté aux professeurs. Bon courage, ma chère. Hahaha !

Quelle .... peste ! Pourrie gâtée ! Ce genre de filles l’horripilait au plus au point ! Elle en avait des tas dans sa classe. A ces filles, elle voulait les étrangler....les décapiter...les....

Elle inspira. Elle avait frôlé la crise. Le pétage de câble quotidien.  Mais il fallait faire quelque chose avant que ça la reprenne. elle sortit sa tête devant la fenêtre, mais elle était à l'envers. Ses cheveux descendaient tels.... des méduses. La mijaurée sursauta de surprise et hoqueta, papillonnant de surprise des yeux noyés dans son maquillage, tandis que l'autre ( la gentille ) se retourna, n'ayant pas l'air trop surprise. Yume, prise d'une lubie soudaine de parler anglais, s'adressa à la peste:

-Hey, girl, you know ? Yes, I speak english. You know ? You are a Bitch. A Bitch. Bitch,Bitch, Bitch.... And you know too ? You are alone. Why ? Because you are ugly naughty and... A Bitch. Goodbye, Bitch.


Sur ces mots, elle sortit un pistolet à eau et elle aspergea le visage de "Mlle Bitch",son maquillage dégoulinant de partout, ce qui la rendait plus laide qu'avant. Puis, elle re-re-pris Holly par le poignet et l’entraîna hors de cette chambre malsaine. Pendant le chemin du retour ( retour là où on avait laissé les autres personnages ) Yume, sa bonne humeur retrouvée dit d'une voix entraînante à sa re-protégée:

-Ne me remercies pas, c'est normal !

Elles arrivèrent à destination.La situation n'avait pas changée: Charles-Henri agonisant, et Suika lui donnant quelques coups de pieds. Elles s'arrêtèrent. Puis la poupée fit volte face à Holly et demanda:

-Eh ! Faut pas te laisser faire comme ça ! Pourquoi tu t'es pas défendue ? Et avec ça, tu m'as toujours pas dit ton nom...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Holly

avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation : Londres

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Dim 25 Mai - 16:46

Ashley sursauta et bredouilla quelque chose d'imperceptible. * Ah ? Elle va faire une crise cardiaque ? C'est étrange, en générale il y a peut de choses qui fasse peur à cette gourde. Si ça se trouve, c'est le démon que j'ai essayé d'invoquer il y a une vingtaine de jours, avec un carton de pizza, une canette de soda ratatinée et un morceau d'écorce de sapin (oui, c'est une arnaque, mais j'ai bien le droit de me défouler à ma façon, non ?)... c'est totalement impossible, mais si ça peut lui faire faire une crise cardiaque, je veux bien y croire, moi !* Intriguée, je tournais la tête. Pendue à la fenêtre, les bras ballants, le visage rougit par le sang qui commençait à lui monter à la tête, elle affichait un air contrarié. Eh non... ce n'était pas le démon démoniaque... c'était prévisible, mais tout de même, ça m'aurait bien arrangé... Bref, ma "sauveuse" s'agita pour entrer dans la chambre et se mit à insulter ma colocataire en anglais :

-Hey, girl, you know ? Yes, I speak english. You know ? You are a Bitch. A Bitch. Bitch,Bitch, Bitch.... And you know too ? You are alone. Why ? Because you are ugly naughty and... A Bitch. Goodbye, Bitch.

Je portais mes mains à ma bouche et écarquillais les yeux. * Mais elle est folle ! Proférer de telles vérités sottises sur une personne de son rang ! (nooooooooon ! Je me met à parler comme mes parents !) On pourrait penser que je la connais... et si cette information mensongère venait à circuler, ce serait une catastrophe ! Cette simple rumeur pourrait faire couler l'entreprise familiale ! Ma vie serait foutue...* La délinquante (oui, délinquante ! parfaitement ! Elle s'est introduit dans une propriété privée, même si c'est un internat !) souleva son volumineux jupon, sous nos regards choqués, en sortit un pistolet à eau et aspergea ma camarade, dont le maquillage excessif dégoulinait lamentablement. Yume saisit mon poignet et le tira. Je manquais de justesse de me prendre le coin du bureau. Elle tira de plus belle et nous fit sauter par la fenêtre, sans prendre en compte le nombre d'étages qui nous séparait du sol. Elle rebondit délicatement sur le sol tandis que moi, je m'écrasais lourdement à terre. * C'est une folle, une folle, une folle... c'est un danger public cette fille ! Je me suis brisée la colone vertébrale, c'est certain !*

-Ne me remercies pas, c'est normal !

Elle souriait, elle était sincère, pourtant j'ai vraiment cru qu'elle se fichait de moi..*La remercier ? Elle a faillit me tuer !* Elle reprit mon poignet et me ramena auprès de son fiancé agonisant et de la psychopathe aux pastèques.

-Eh ! Faut pas te laisser faire comme ça ! Pourquoi tu t'es pas défendue ? Et avec ça, tu m'as toujours pas dit ton nom...

*Hein ? De quoi ? C'est à moi qu'elle parle ?* Mes jambes ne me portaient plus, je m'effondrait. * Mais c'est qui, eux ? Pourquoi ça m'arrive à moi ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles-Henri

avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation : Londres, dans une résidence privée

Feuille de personnage
Points de folie: 30
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
110/1000  (110/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Mar 1 Juil - 8:36

Je ne vois rien....Tout est flou....Ciel vais je mourir comme ça ? Sans aucune dignité ? Sur les quartiers sales et dégoutants de Londres ? Non ! Pas question ! Je vais reprendre Yume, je rentrerais à la maison et serai considéré comme un héros ! Déjà faut il récupérer mon anneau ! Mon si bel anneau à cette.....mendiante ! Délinquante ! Moins que rien ! Elle ne le mérite pas ! Cet objet utilisé pour sceller notre amour ! Ensuite je prend Yume et nous rentrerons à la maison ! Ensemble ! Déjà faut il arrêter ce saignement... Heureusement, dans mon ancienne école ( c'est aussi celle d'Holly ? Vraiment ?) nous avons appris les premiers soins, au cas ou voudrait s'en prendre à notre fortune. Sauf que là, là ce n'est pas mon argent que l'on veut mais ma vie, ma vie si précieuse ! Il me faut un tissu pour arrêter le saignement, et.... Je n'ai pas de tissu.... Non ! Pitié ! Ne me dites pas que je vais devoir sacrifier ma belle chemise blanche de marque ? Je l'ai eu aujourd'hui ! Non ! La peine au coeur, j'arrive a arracher une manche de ma chemise et me la bande à la source du sang... Ah avec ça je pourrais écrire un livre... Il serait très connu et apprécié....Un best-seller... Mais en attendant, j'espère que les saignements vont vite cesser. Déjà, je me sens revigoré et poussé par une force nouvelle. Je m'accroche à une pierre sale ( beurk ! Il faudra me laver les mains ) dépassant du mur et je me remet sur mes jambes.

Bon. Je suis debout. Maintenant, il faudrait reprendre mon anneau. Comment faire ? Comment m'y prendre ? Tiens, voilà Annie qui s'enfuit....La pauvre... Je ne puis m’empêcher d'éprouver une once de pitié moi, Charles-Henri le dieu des dieux, à cette pauvre fille, qui, elle n'avait rien demandé. Comme je te comprends... Si Yume n'était pas en danger, si cette fille n'avait mon anneau précieux et si je n'étais pas aussi courageux, je crois que j'aurais pris mes jambes à mon cou... Mais en parlant de prendre... Il faudrait que je reprenne mon alliance à....Moka ? Comment ça ce n'est pas son nom ? Qu'importe, si ce n'est point ça, c'est que son nom est tellement insignifiant que mon cerveau de génie l'élimine directement. Peuh ! Personne ne s'en souviendra quand je l'aurai fait pendre... Oui, j'ai l'attention de la pendre ! Elle à posé la main sur moi et m'a volé, c'est le pire des sacrilèges, et...

Yume ? Très chère, où allez vous ? Mais vous bousculez tout mes plans ! J'avais l'intention de vous chercher après et... D'ailleurs, pourquoi s'en va t-elle ? Elle est très bien avec moi... Mais...Elle suit Annie ! Mais ! Alors, Annie revenez ! Trop tard. Toutes les deux ont déjà disparu. AHHHH ! Bon, il faut que je me calme. Tout le monde sur cette terre est attiré par moi, elle finira donc par revenir ! Même si cette hypothèse brillante était fausse ( mais j'en doute ) je sais où chercher. Parce qu'il n'y a qu'un endroit où Annie se sentirai en sureté: l'internat. Je dois avouer que c'est le mieux gardé de Londres, mais si elle savait ! Pauvre Annie ! Comme si cela suffisait à arrêter mon ange Yume ! Ridicule. Je sais ! En attendant je vais reprendre mon anneau à ...Moka !

Sitôt dit, sitôt fait. Le saignement s'arrête peu à peu et je retrouve mes forces. Je me dirige vers elle, lui reprend mon anneau, le remet à mon doigt et commence à lui expliquer une théorie sur son comportement d'indigène. Et les voilà qui reviennent ! Vous voyez ? Ma théorie est vérifiée ! Tout le monde est attiré vers mon humble personne ! Yume est tout sourire et....Pauvre Annie. Elle à l'air bien mal en point, elle est toute tremblante. J'espère que ma chère cousine n'a pas par inadvertance détruit sa réputation familiale. Elle tombe à genoux. Apparemment si. ¨Pauvre, pauvre Annie ! Elle était au mauvais endroit au mauvais moment... Et ça risque de couler son entreprise future... Quoique, j'ai peut-être une chance de la sauver ! Je frotte ma veste:

-Yume ! Vous rendez vous compte qu'a cause de vous sa réputation et son entreprise sont menacés ? J'espere que ceci vous servira de leçon, il faut penser à la gravité de vos actes.


Je tends une main secourable vers la petite Annie ( après tout, elle n'a que 15 ans ou un peu plus...) et lui dit d'une voix rassurante pour ne pas plus la chambouler:

-Très chère laissez moi vous aider à vous relever. Je connais bien le directeur de cet internat, mon père en est proche. Si nous y allons maintenant et j'explique que vous n'avez rien à voir là dedans, nous pouvons encore vous sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suika

avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 22/01/2014
Localisation : au beau milieu d'une horde d'idiots

Feuille de personnage
Points de folie: 39
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Dim 27 Juil - 18:10

-Yume ! Vous rendez vous compte qu'a cause de vous sa réputation et son entreprise sont menacés ? J'espere que ceci vous servira de leçon, il faut penser à la gravité de vos actes.

Il tendit une main secourable vers la petite qu'il appelait Annie, cette dernière n'avait pas l'air rassurée du tout.. comme je la comprenais... Je n'aurais pas aimé me retrouver à parler avec un fou de son espèce...

-Très chère laissez moi vous aider à vous relever. Je connais bien le directeur de cet internat, mon père en est proche. Si nous y allons maintenant et j'explique que vous n'avez rien j'explique que vous n'avez rien à voir là dedans, nous pouvons encore vous sauver. !

-Mais on s'en fiche de sa réputation, non ? Bon, vous avez toujours besoin de moi ? Parce que je m'ennuie vraiment, là... Oh, je sais ! Vous me faites faire le tour de la ville ? Allez, pour visiter...

J'eus beaucoup de mal a les convaincre. Heureusement, Yume réagit au quart de tour. Elle attrapa son cousin par le col de sa chemise parfaitement lisse qui allait être froissée... et le secoua. Holly, elle, s'amusa beaucoup de la situation, sans rien laisser paraître sur son visage immobile, lisse et impénétrable, comme du marbre. Se délectait-elle de ce qu'elle aurait très bien pu considérer comme une petite vengeance ? Elle encouragea de manière polie l'homme qui était en train d'avoir le tournis à force de se faire malmener de la sorte par sa fiancée. Cette fille qui était plus âgée que moi, apparemment (détail que j'avais remarqué il y avait 5 minutes et qui était, je l'avoue, très dur à voir) réussi à faire le faire céder. Étrangement, je l'aimais bien...

- Bien, on commence par quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume

avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 18/01/2014
Age : 16
Localisation : Près du bar

Feuille de personnage
Points de folie: 228
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
150/1000  (150/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Dim 7 Sep - 16:52

-Yume ! Vous rendez vous compte qu'a cause de vous sa réputation et son entreprise sont menacés ? J'espere que ceci vous servira de leçon, il faut penser à la gravité de vos actes.

Gna gna....Qu'il parle toujours ! Il n'y connaissait rien lui ! Jamais d'aventure, avec sa petite vie bien rangée ! Comment pouvait il s'amuser ? Ou peut-être qu'il ne s'amusait jamais. Le pauvre... Yume se sentit une vague de compassion pour son cher cousin, lui qui surement jamais n'avait connu les douces joies du danger et de l'interdit....Bon, c'était le genre de choses à consommer avec modération, tout de même, mais... Tellement amusantes ! Elle avait tout à lui apprendre, et elle se chargerait personnellement de le décoincer, si son cas était encore secourable ! Elle lui jeta un regard en coin et vit qu'il tendait la main à sa nouvelle protégée. Il n'était peut-être pas aussi froid qu'elle le croyait, en fin de compte...Oui, ces deux là allaient vraiment bien ensemble. Elle sourit.

-Très chère laissez moi vous aider à vous relever. Je connais bien le directeur de cet internat, mon père en est proche. Si nous y allons maintenant et j'explique que vous n'avez rien j'explique que vous n'avez rien à voir là dedans, nous pouvons encore vous sauver !


Ralala....Il avait encore beaucoup à apprendre... Et puis, c'était pas drôle si elle s'en allait ! La réputation... Roh, et puis zut la réputation ! A quoi ça sert si on ne s'amuse jamais ? Elle, Yume en avait encore une et une grande. Elle vivait dans un manoir privé, gardé par deux énormes gorilles, qui lui servaient de gardiens. Pendant toutes ces années, jamais elle n'avait pu nouer quelque lien avec eux. Ça devait faire parti du travail... Les inconnus ne la voyaient jamais, sauf les intimes de la famille et étant la fille d'un homme plus riche que le roi (entreprise niveau mondial ), certains l'apercevait aux côtés de son père exhibée comme un trophée. On disait souvent qu'elle avait hérité de la beauté de sa mère, mais aucun convive n'osait l'approcher, par peur de se faire mal voir par son père. La société n'avait jamais perçu son véritable visage, seulement une beauté lointaine et inaccessible...  Elle sortait en ville déguisée ou accompagnée, aucun risque ! Et si jamais la réputation avait de l'importance pour Annie et bien....Personne ne saura rien de cette soirée ! Ils pourraient aller s'amuser quelque part, non ?  

-Mais on s'en fiche de sa réputation, non ? Bon, vous avez toujours besoin de moi ? Parce que je m'ennuie vraiment, là... Oh, je sais ! Vous me faites faire le tour de la ville ? Allez, pour visiter...


Voilà ! Voilà ! C'était sa Suika tout craché ça ! Elles n'avaient pas grandi ensemble certes, mais elles se connaissaient très bien. Une longue aventure commune, qui n'était pas prête de s'arrêter on dirait ! Puis, elle se souvint du point noir: Charles-Henri. Il ne voudra jamais. Mais heureusement, elle savait le convaincre. Elle se jeta presque sur lui, le prit par le col et le secoua comme un prunier:

-Oh oui ! Ca va être amusant ! Et une très bonne occasion pour toi de te décoincer un peu ! Allez ! Allez ! Steuplaît, steuplaît, steuplaît.....!


Et elle contina. Contrairement à d'habitude il opposa une résistance, alors qu'il se laissait faire d'habitude. Surement a cause de "Réputation". Celle là leur causait bien du soucis, aujourd'hui ! Puis, Annie se joignit à sa cause en lui demandant plus gentiment. Elle était de leur côté ! Elle le savait ! Yume, folle de joie, lui lança un regard reconnaissant. Et le manège dura pendant au moins deux minutes. Charles-Henri finit par accepter, mais il avait le tournis. Il avait qu'a dire oui avant !

- Bien, on commence par quoi ?

-Et si on se promenait dans le centre ville ? Allez ! On va par là !

Elle pointa une grande rue du doigt. Puis jeta un regard à son cousin qui grimaçait de douleur. C'est vrai que Suika l'avait salement amoché.... Et c'était un peu de sa faute. Elle se mordit la lèvre, un peu honteuse. Il était son cousin après tout et elle ne le détestait pas REELEMENT ! Elle l'appréciait, même si son caractère l'ennuyait et l’exaspérait. Elle devait souvent le cotoyer, elle s'était habituée. Elle n'avait que lui. Une affection vache, disons. Elle s'inquiétait. Elle le prit alors par le poignet puis demanda:

-Mais il faudrait déjà le soigner, non ?

_________________

Une petite poupée dans un monde d'adulte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Holly

avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation : Londres

Feuille de personnage
Points de folie: 0
Démence:
1/7  (1/7)
Expérience:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Echelle sociale   Dim 14 Sep - 15:55

Je levais la main timidement.

-Excusez-moi... Je peux peut-être.. euh...

Tout le monde se tourna vers moi. *J'aurais du me taire... j'aurais du me taire... Non... arrêtez de me regarder avec ce regard insistant... j'ai rien dis !!! STOP !!! Bon... ok... j'ai commencé, il faut bien finir... j'aurais du me traire...;moi et ma grande g***** ... Courage, moi !*

-Et bien il se trouve que j'ai étudier la médecine... mes modestes compétences pourraient peut-être soulager vos blessures, monsieur. Cependant... le matériel manque.

*Le blanc... si ça se trouve il a trop peur que je le rate...il faut rattraper le coup ! Sauver la vie d'un Wilson pourrait m'apporter les bonnes races de sa lignée... et de mes parents !*

J'enchainais :

-Enfin, seulement si vous le désirez... je ne me permettrais pas de faire quoique ce soit sans votre autorisation.

Toujours aucune réaction... Ah si ! Suika semblait être.. euh... déçu ? Oui, c'est ça... de la déception. Elle s’ennuie peut-être. Je me demande comment elle réagirait si je disais :

- Par contre... il faudra.. euh... Je suis sincèrement désolée... Cela risquera de ternir notre image...

Ah !

*Une lueur dans ses yeux... Apparement tout le monde semble intéressé maintenant... Autant continuer sur cette voie...  !*

-... Il faudra... voler le matériel. Je sais... ce n'est as très... enfin..., dis-je avec un air affollé, Et ce n'est vraiment pas une bonne idée d'aller à l'hopital... imaginé si il vous demande comment cela vous est-il arrivé..., maintenant, stimuler la panique totale, Ce serait horrible... la  police et.. et.. vos parent... non... vraiment... je...
Je mis une main contre mon front et respirai laborieusement.
C'est bon, il avait marché. Et maintenant je savais que les trucs stupides et illégaux divertissaient fortement les deux jeunes filles... *Si ça se trouve elles ont des problèmes mentaux... ça doit être ça... en tout cas elles sont folles... à vérifier si c'est au sens propre ou non.* Je regardais le petit groupe. Mon regard s'arrêta sur la fille aux pastèques. Je pinçais les lèvres de manière imperceptible. *Crâmée... elle a compris que je disais n’importe quoi... Elle ne dira rien.. ça l'amuse apparemment... Tant mieux. Par contre... j'aurais du réfléchir avant d'agir.  L'idée de départ c'était de me sortir de ce pétrin ! Pas de m'y enfoncer de ma propre personne ! Supide que je suis !!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Echelle sociale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Echelle sociale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un programme de coopératives d'habitation à vocation sociale
» Tyrolienne et courte echelle
» Le bilan du GVT et la réalité sociale. Fok kat la rebat !
» Vie sociale
» Diaspora : Comment Réparer L’Injustice Sociale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Burtonmania :: Section RP :: London :: Dans les rues de Londres-
Sauter vers: